Par Benjamin Sportouch, journaliste à L'Express

François Hollande est en train de consulter les partis à propos de la commission Jospin sur la rénovation de la vie publique. Et l'on regrette le manque d'inventivité des propositions.

Lionel Jospin et ses acolytes n’ont pas été très novateurs. Ils se sont surtout contentés de reprendre des propositions déjà entendues et très consensuelles, comme la réforme de la règle des 500 signatures pour accéder à la présidentielle, ou bien déjà actées par François Hollande, à l'image du non cumul des mandats.

Une véritable innovation aurait par exemple été un mandat présidentiel unique. C’est une idée que l'ancien ministre UMP Xavier Bertrand, qui est dans la course pour 2017, avance dans les colonnes de L’Express du 21 novembre. Un seul mandat possible rallongé à sept ans. C'est ce qui se passe dans d'autres grands pays, comme le Mexique ou la Corée du sud,

- Quels en seraient les avantages ?

Pour n’en citer qu’un et pas des moindres : le respect des engagements sans avoir l'œil rivé en permanence sur l'échéance suivante et peut-être un peu moins de cynisme de ceux qui nous gouvernent.

Prenons un exemple : la réforme accordant le droit de vote aux étrangers promise par François Hollande pendant sa campagne. Elle est en passe d’être abandonnée, si ce n’est déjà fait. Le chef de l'Etat estime en effet qu’une majorité des 3/5èmes des parlementaires est aujourd’hui impossible à atteindre. C'est la condition qu'il a posée lors de sa conférence de presse pour présenter un projet de loi. Rien ne dit que d'ici 2017, il puisse aboutir.

Pourtant, des conseillers de l’Elysée, encouragés par des élus socialistes très actifs sur le sujet -certains rappelez-vous avaient signé une pétition dans Le Monde - sont favorables à un passage en force. Par courage politique et quitte à essuyer un revers.

Mais François Hollande ne veut pas se risquer à un échec devant le Parlement. La raison est simple : il craint un affaiblissement politique qui hypothéquerait sa réélection en 2017. « Nous ne sommes pas suicidaires, nous ne voulons pas faire ce cadeau à la droite », confiait récemment l'un de ses proches. Exit aussi l'idée d'un référendum que François Hollande avait lui-même avancé lors du débat d'entre deux tours, car dans les sondages, les Français y sont très défavorables.

  • Un septennat présidentiel unique pour redonner du temps à l'action politique ?

Oui, un président devenu imbattable travaillerait davantage dans l’intérêt du pays que dans celui de son destin personnel. Nicolas Sarkozy lui-même espérait un second mandat pour mettre en œuvre, enfin, disait-il, les vraies réformes à entreprendre. La suppression de l'échelon départemental par exemple.

En limitant à deux les quinquennats, le président sortant s'est arrêté au milieu du gué.

Il est vrai qu'il aurait été pour le moins surprenant de voir un Lionel Jospin remettre le travail sur le métier. L'ancien Premier ministre socialiste a été l'un des artisans du quinquennat en 2000. Et les politiques ont malheureusement horreur de se dédire !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.