On le sait peu, mais le GR20 est le site de grande randonnée le plus célèbre au monde juste après le tour des Annapurnas au Népal. Alors venez goûter à l'ivresse des sommets dans l'Île de Beauté.

Randonneuse dans le site des Aiguilles de Bavella, Corse.
Randonneuse dans le site des Aiguilles de Bavella, Corse. © Getty / Westend61

Chaque année, 20 000 randonneurs traversent la Corse du nord au sud en empruntant le mythique GR20, 180 kilomètres de randonnée balisée pour sportifs amateurs toutefois un peu entraînés qui rêvent tous d’atteindre la brèche de Capitello dit "le toit du GR20" qui culmine à 2 200 mètres d’altitude.

Si le site est mythique, il est aussi très ancien puisque c’est en 1970 que Michel Fabrikan, "le père du GR20", a mis en place le premier balisage du sentier et qu’un an plus tard, les deux premiers refuges ont été édifiés. 

Le GR20 : vue d'un coucher de soleil depuis le Refuge de Coruzzu
Le GR20 : vue d'un coucher de soleil depuis le Refuge de Coruzzu © Getty / ullstein bild

Aujourd’hui, sur les sentiers qui vont de Conca à Colenzana, on rencontre deux sortes de randonneurs : les sportifs qui veulent manger pentes et kilomètres en bouclant le parcours en moins d’une semaine (le record est de 31 heures et 6 minutes). Et puis, il y a tous les autres qui prennent leur temps qui passent une quinzaine de jours sur les crêtes, autour des lacs et en altitude. Parmi ceux-là, on trouve Lionel Habasque, le directeur de Terres d’Aventure, un tour operator spécialisé dans les randonnées. C’est peu dire qu’il est amoureux des montagnes de l’Île de Beauté, d’ailleurs il explique que, face à tant de beauté, il lui est arrivé de faire demi-tour pour admirer les pitons rocheux donnant sur la mer au coucher du soleil.

Le GR20 : Refuge de Petra Piana
Le GR20 : Refuge de Petra Piana © Getty / ullstein bild

Bref, le GR20, c’est à la fois une destination pour les sportifs mais aussi pour les amateurs de découverte en pleine nature. Des guides proposent d’accompagner les touristes pour leur faire découvrir la faune, la flore ainsi que les habitants de ces montagnes comme les derniers muletiers corses chargés redescendre dans les vallées, les poubelles des gîtes.

Faire du cheval sur la route du GR20
Faire du cheval sur la route du GR20 © Getty / ullstein bild

Et si la tradition veut que l’on emprunte le GR20 en totale autonomie avec un sac à dos bien lourd, des formules existent aussi qui permettent aux randonneurs de retrouver chaque soir leurs sacs au refuge.

Enfin côté prix, vivre l’aventure du GR20 ne coûte pas trop cher : de 500 à 1 000 euros pour la semaine hors transports, et il faudra compter jusqu’à 1 500 euros pour la formule avec portage du sac qui permet de voyager léger.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.