Les auberges de jeunesse séduisent à nouveau les jeunes touristes, surtout depuis l'arrivée sur le marché du n°1 européen de l'hôtellerie.

Jeunes dans une auberge de jeunesse.
Jeunes dans une auberge de jeunesse. © Getty / vgajic

On croyait les auberges de jeunesse avec leurs dortoirs et leurs tarifs bon marché mortes et enterrées depuis bien longtemps, et ce d’autant plus que la fédération unies des auberges de jeunesse se retrouve aujourd’hui en redressement judiciaire. Mais il n’en est rien.

Certes le modèle associatif connait des soucis pour n’avoir peut-être pas su se renouveler et surtout répondre aux attentes d’une nouvelle clientèle plus forcément routarde et plus soucieuse de son confort. Mais la demande est la et il suffit de regarder la très moderne et très écologique auberge de jeunesse Yves Robert à Paris dans le 18e (gérée par la FUAJ) pour s’en convaincre. Mieux plusieurs auberges enregistreraient une progression de leur fréquentation de l’ordre de 3 à 3,5%.

Les auberges de jeunesse trouvent un second souffle grâce au privé.
Les auberges de jeunesse trouvent un second souffle grâce au privé. / ABACA -Thierry Sauvage

Une demande qui n’a pas échappé à de grandes entreprises comme le puissant groupe Accor, premier groupe hôtelier européen, qui ouvre sa deuxième auberge de jeunesse. Après Hossegor au Pays Basque. Cette fois c’est dans le sud de Paris que le groupe a décidé d’installer « Jo & Joe » un établissement proposant pas moins de 500 lits à deux pas du métro porte de Gentilly. Les clients y trouveront plusieurs concepts allant du dortoir pour recevoir 6 à 8 personnes, à la chambre plus classique en passant par des mini-cabines individuelles faisant penser aux  chambres capsules proposées dans certaines villes du Japon. Par ailleurs l’accent sera mis sur les services proches de ceux des hôtels traditionnels et principalement sur la restauration avec un véritable restaurant qui selon l’entreprise pourrait contribuer à réaliser 50% du chiffre d’affaire de l’établissement. 

Chez Accor on croit tellement à cette formule que plusieurs autres Jo & Joe sont en préparation à Rio, Rome ou encore Londres.

Mais le groupe hôtelier n’est pas le seul à se positionner dans l’univers des auberges de jeunesse ainsi une autre entreprise annonce l’ouverture d’ici 2021 d’une auberge de jeunesse au-dessus de la gare Montparnasse et à Chamonix l’ex-club med devenu l’hôtel la folie douce  propose déjà en dehors de ces chambres et suites classiques des dortoirs de 6 lits pour sa jeune clientèle.

Enfin côté prix il faut compter entre 19 et 31 euros selon les établissements et notez que pour avoir accès aux auberges de jeunesse associatives dépendant de la FUAJ il faut souscrire une adhésion proposée à 7,11 euros pour les voyageurs individuels en fonction de l’age et proposée à 20 euros pour les familles.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.