En pleine épidémie de Covid-19, les stations de ski se préparent à un hiver compliqué notamment à cause du manque probable de clientèle étrangère. L’objectif est désormais d’attirer les clients français en capitalisant sur l’image positive de la montagne l’été dernier

La clientèle étrangère risque d'être particulièrement absente cet hiver.
La clientèle étrangère risque d'être particulièrement absente cet hiver. © Radio France / Philippe Lefebvre

Dans les stations de sports d’hiver on se prépare, et c’est la station savoyarde de Val Thorens qui sera la première à recevoir des skieurs sur ses pistes dès le 21 novembre. Et si tous les professionnels de la montagne affichent un certain optimisme, tout du moins devant micros et caméras, en coulisse on reconnait bien volontiers que cette saison s’annonce compliquée. Tout d’abord parce que l’on ne sait pas si les vacanciers seront au rendez-vous.

Gestes barrières et masques obligatoires sur les remontées mécaniques.
Gestes barrières et masques obligatoires sur les remontées mécaniques. © Radio France / Philippe Lefebvre

En effet sur fond de covid-19, bien malin qui peut dire si les clients habituels des stations viendront en montagne cet hiver. Le cabinet d’études  G2A évoque même une baisse de 26% de la fréquentation pour l’ensemble des hébergeurs.

Pourtant les professionnels se veulent rassurant à l’image de Laurent Deleglise de la Toussuire les Sybelles qui explique que des mesures sanitaires ont été prises : le port du masque sera obligatoire sur les remontées mécaniques, des protections seront mises en places sur les télésièges sans oublier la mise à disposition de gel en station. A Meribel des réunions avaient encore lieu ces derniers jours avec tous les acteurs de la montagne pour se préparer à tous les cas de figure. 

Mais l’inquiétude numéro un c’est la présence ou non des skieurs étrangers qui représente 30% de la clientèle des stations françaises. On sait déjà que les anglais devraient être moins nombreux et notamment parce qu’Eurostar ne proposera pas cet hiver de liaisons directes entre Londres et les stations (les candidats à la neige devront passer par Paris). Et les quatorzaines obligatoires devraient constituer un frein au déplacement pour d’autres clientèles comme les russes, les bresiliens ou encore les israeliens grands amateurs de nos stations.

Reste donc la clientèle française et la Alexandre Maulin le président de Domaines Skiables de France espère que, comme l’été dernier, les français feront jouer le patriotisme économique et préfèreront la montagne française aux destinations « soleil » lointaines. 

Pour ce faire de nombreux professionnels multiplient offres et garanties. Ainsi le groupe Pierre et Vacance qui gère 78 résidences à la montagne propose des annulations sans frais en cas de covid jusqu'à 24h avant le départ, du côté des remontées mécaniques on propose de rembourser toutes les journées de forfaits non utilisées voir même de rembourser la totalité du forfait une journée avant le début de la validité, enfin l’école de ski français propose également, si le report n’est pas possible de rembourser les cours non utilisés.

Les stations comptent sur le patriotisme économique des français.
Les stations comptent sur le patriotisme économique des français. © Radio France / Philippe Lefebvre

Bref les professionnels veulent rassurer et séduire  leurs clients à quelques semaines du début d’une saison qui s’annonce bonne du point de vue de l’enneigement mais incertaine du point de vue de la situation sanitaire.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.