Des sous-sols chargés d’histoire aux vignobles cultivés dans le respect le plus extrême de la nature, Bordeaux et sa région ont 1001 secrets à vous partager, pour peu que l’on s’écarte des circuits touristiques classiques.

Un domaine viticole en accord parfait avec la nature.
Un domaine viticole en accord parfait avec la nature. © Radio France / Philippe Lefebvre

Lorsque l’on vient pour la première fois à Bordeaux, la tentation est grande de limiter sa visite aux sites iconiques du tourisme local au premier rang desquels la Place de la bourse ou la Place des quinconces. C’est dommage, car vous passeriez à côté de lieux, certes plus discrets, mais qui vous donneraient une vision plus étonnante de la ville et de son histoire.

Débutons cette visite par les sous-sols de la ville. 

"En fait, la ville est construite sur de la lagune", nous explique Agathe Corre, guide conférencière à l’Office du Tourisme, "et donc il n’y a pas à proprement parlé de sous terrains". 

En revanche, certains lieux ont été recouverts et sont devenu des sous-sols. C’est le cas de la nécropole située sous la basilique Saint Seurin dans le quartier le plus ancien de la ville.

Derrière ses grilles Bordeaux a 1001 secrets à vous faire découvrir.
Derrière ses grilles Bordeaux a 1001 secrets à vous faire découvrir. © Radio France / Philippe Lefebvre

Entre l’une des entrées de l’édifice et un petit square, une porte discrète permet de pénétrer dans ce qui fut, durant la seconde moitié de l’Antiquité, un immense cimetière. Un lieu tellement grand et comprenant que les historiens parlent même de "la ville des morts". On y voit des sépultures en pierre mais également les restes de ce qui devaient être des mausolées qui, parfois, étaient tellement grand qu’au XIXe siècle, des Bordelais en ont fait leur maison, sans doute, sans savoir que sous leurs pieds se trouvaient des dizaines de tombes.

Au bout de ses escaliers vous avez rendez-vous avec l'histoire bordelaise.
Au bout de ses escaliers vous avez rendez-vous avec l'histoire bordelaise. © Radio France / Philippe Lefebvre

En quittant ce lieu et en se rapprochant de la Garonne, on ne peut pas manquer un autre lieu au passé étonnant : la basilique Saint Michel où, en 1791, des ouvriers travaillant dans le cimetière paroissial découvrirent plusieurs dizaines de corps parfaitement momifiés grâce à la composition argilo-calcaire du sol. Longtemps, ces "momies" furent exposées dans la crypte de la basilique et attirèrent de nombreux visiteurs avant d’être inhumés dans un autre cimetière en 1979.

Enfin, impossible de terminer une visite de ce Bordeaux souterrain sans visiter la machinerie de la Fontaine de la Place des quinconces. Sachez d’ailleurs que sous cette même place se trouve un bunker allemand de la Seconde Guerre mondiale dont la visite est pour le moment encore très limitée.

Par ailleurs, sachez que l’on vous propose également depuis peu des visites guidées "d’actualité" consacrées à Bordeaux au temps des épidémies. Agathe Corre vous racontera l’histoire de la grosse cloche qui lorsqu’elle retentissait marquait le début de l’enfermement des Bordelais pour échapper à la peste. Cette guide vous racontera aussi comment au XIVe siècle, on isolait les malades et comment avec des buchers on pensait se débarrasser de la maladie. Des récits qui ne sont pas sans rappeler ce que nous vivons aujourd’hui.

Pour visiter le domaine de la Dauphine rien de mieux que la 2cv qui attend ses passagers à la gare de Libourne.
Pour visiter le domaine de la Dauphine rien de mieux que la 2cv qui attend ses passagers à la gare de Libourne. © Radio France / Philippe Lefebvre

Et après ces aventures souterraines, vous aurez sans doute en envie de prendre l’air et respirer à pleins poumons alors un conseil : direction de Château La Dauphine situé à Fronsac, petit bourg viticole situé à moins de 20 minutes en train de la gare de Bordeaux Saint Jean. Ensuite c’est dans une 2CV rose que vous découvrirez ce domaine et son château où a vécu un temps Marie-Josèphe de Saxe, la mère du roi Louis XVI.

Et si la bâtisse tant à l’intérieur qu’à l’extérieur est impressionnante, le domaine viticole ne l’est pas moins puisqu’il s’étend sur 53 hectares. Et ici, on pratique la biodynamie (c’est-à-dire que l’on produit des vins bios en tenant compte de la faune et de la flore du lieu) en faisant en sorte que l’acte de production de vin se fonde dans l’environnement et ne le domine pas, une technique que partagent de plus en plus de vignerons de la région. Ici vous pourrez constater que l’on ne produit pas que du vin, des abeilles offrent un délicieux miel et sur les hauteurs de Fronsac le domaine possède deux truffières.

Après cette visite, il vous sera proposé de goûter les vins au milieu des vignes avec vue imprenable sur la Dordogne et notamment un étonnant rosé qui n’a rien à envier aux meilleurs rosés de Provence.

Un petit moment en dehors du temps bien agréable.

Adresses utiles :

Bonnes adresses

Programmation musicale
L'équipe