C'est jeudi prochain que le premier ministre doit annoncer si les stations de sports d'hiver pourront ouvrir à nouveau leurs pistes. De ces annonces dépendra la fin de la saison et l'avenir économique du secteur.

Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers
Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers © Radio France / Philippe Lefebvre

L’ouverture des remontées mécaniques dans les stations de ski pour les vacances de février est une question de vie ou de mort pour certains acteurs de la montagne ». 

Cette petite phrase qui donne froid dans le dos c’est Dominique Marcel le PDG de la Compagnie des Alpes qui l’a prononcé récemment. L’homme sait de quoi il parle puisque cette entreprise filiale de la Caisse des dépôts exploite depuis plus de 25 ans les 10 plus grands domaines skiables de France, et de surcroit depuis deux ans le premier distributeur de séjours de ski dans l’hexagone.

C’est dire si la situation est grave et ne se limite pas à une simple histoire de remontées mécaniques. En effet explique Armelle Solelhac PDG de Switch, une agence qui accompagne les acteurs de la montagne dans leur développement :

c’est tout l’écosystème des territoires de montagne qui est touché, bien entendu les gens qui vivent en direct du tourisme, mais c’est aussi tous les emplois indirects, les fournisseurs de remontées mécaniques, de la gestion des pistes mais aussi de l’hôtellerie et de la restauration et puis l’écosystème agricole et industriel. Il faut savoir, précise cette experte de l’économie de la montagne, qu’un emploi en station c’est à peu prés deux à trois emplois en plaine » 

Ce qui pourrait représenter plus de 450 000 emplois.

Des remontées mécaniques à l'arrêt et des revenus en moins pour les communes.
Des remontées mécaniques à l'arrêt et des revenus en moins pour les communes. © Radio France / Philippe Lefebvre

A la lumière de ces chiffres on mesure mieux les enjeux pour l’ensemble des entreprises de ce secteur qui, pour certaines, réalisent en quatre mois leur chiffre d’affaire de l’année. C’est le cas par exemple des loueurs de skis.

On est donc très loin de la vision « bucolique » de la montagne en hiver présentée en décembre par le premier ministre. Jean Castex expliquait alors que  : 

chacun pourra se rendre dans ces stations pour profiter de l’air pur de nos belles montagnes et des commerces qui seront ouverts. Simplement toutes les remontées mécaniques et les équipements collectifs seront fermés ». 

Problème la réalité est assez différente 

du point de vue économique, explique Armelle Solelhac, il y a une véritable dépendance au ski alpin, et c’est une catastrophe pour les stations de montagne qui ne peuvent pas exploiter leurs remontées mécaniques. En terme de retombées économiques  il faut savoir que les mairies des territoires de montagne puisent énormément de recettes de ces remontées mécaniques ». 

Donc on peu imaginer que les prochaines années seront pour le moins compliquées pour les collectivités locales qui manqueront cruellement d’argent pour financer les opérations nécessaires au maintien à niveau des domaines skiables et plus généralement des communes de montagne.

Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers
Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers © Radio France / Philippe Lefebvre

Alors bien entendu, le gouvernement annonce pour les mois qui viennent la poursuite des aides pour les acteurs de la montagne. Mais force est de constater que 10 000 euros par mois pour une entreprise qui perd déjà plus d’un million cela ne représentera rien et ne couvrira même pas une petite partie des charges fixes. 

Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers
Sports d'hiver : la semaine de tous les dangers © Radio France / Philippe Lefebvre

Pour Armelle Solelhac il faudra accompagner les entreprises sur le long terme 

au minimum sur 24 à 36 mois pour les petites entreprises, pour les hébergeurs et les sociétés qui ont des investissements plus lourds un accompagnement sur 5 voir 7 ans sera nécessaire ».

Un accompagnement à hauteur de la crise que traverse ce secteur, la plus grave depuis les années 60 et la mise en œuvre du plan neige dont le but était de créer des stations de sports d’hiver en haute montagne.

Programmation musicale
L'équipe