Les plus pessimistes prédisent que les parcs à thèmes français seront les derniers sites touristiques à ouvrir de nouveau leurs portes. Pourtant, le 2e plus grand parc d’attractions le plus fréquenté en Europe devrait recevoir à nouveau des visiteurs à la fin du mois mais il se trouve en Allemagne.

Dineyland Paris pourrait ouvrir à nouveau ses portes au mois de juillet.
Dineyland Paris pourrait ouvrir à nouveau ses portes au mois de juillet. © Radio France / Philippe Lefebvre

Les parcs d’attractions français pourront-ils ouvrir à nouveau leurs portes d’ici l’été ? 

Rien n’est moins certain d’autant qu’il faut bien le reconnaître : les directives sanitaires liées au déconfinement sont particulièrement difficiles à mettre en œuvre dans ce type de lieu. 

Prenons tout d’abord la question de la distanciation physique : un à deux mètres d’écart entre chaque visiteur désirant embarquer dans une attraction reviendrait à créer d’immenses files d’attente totalement ingérables même avec une armée de gentils animateurs ou d’agents de sécurité comme on l’envisage dans certains parcs. 

Ensuite se posera la question de l’hygiène et surtout de la désinfection des attractions. Impossible de désinfecter sièges, nacelles ou manèges après chaque utilisation. Des parcs pourraient donc proposer aux visiteurs du gel hydroalcoolique avant de monter et en redescendant. 

Par ailleurs, le port du masque pourrait être obligatoire tout au long de la visite. Enfin, les lieux clos pourraient être fermés ce qui ne manquerait pas de poser des sérieux problèmes aux parcs dont la majeure partie des attractions sont implantées dans des bâtiments fermés comme à Disneyland Paris, Vulcania ou encore au Futuroscope.

Des contraintes qui expliquent sans doute pourquoi ces entreprises ne communiquent pas de date quant à leur réouverture.

Europa Park ouvrira à la fin du mois

Pourtant à moins d’une heure de route de Strasbourg, mais coté allemand, l’Europa Park situé à Rust dans le Bade-Wurtemberg annonce sa réouverture le 29 mai prochain. Ce parc de 95 hectares proposant une soixantaine d’attractions n’est rien de moins, avec 5,7 millions de visiteurs par an, que le deuxième parc d’attractions le plus visité en Europe juste après le royaume de Mickey. 

Pour recevoir à nouveau le public outre les mesures classiques d’hygiène et de distanciation physique, la direction de l’entreprise a décidé de réduire le nombre de visiteurs, de n’ouvrir ses portes qu’aux visiteurs ayant acheté leurs billets en ligne. 

Disneyland Paris reste discret quant à la date de réouverture.
Disneyland Paris reste discret quant à la date de réouverture. © Radio France / Philippe Lefebvre

Des mesures qui ressemblent à celles prises tout dernièrement par Disneyland Shanghai ouvert depuis le début de la semaine.

Mais au-delà du retour des visiteurs, se pose aussi la question de la survie économique des entreprises. C’est vrai pour la Compagnie des Alpes qui gère 13 parcs dont le Futuroscope et Astérix et qui représentant 42 % du chiffre d’affaires du groupe et pour Disney pour qui les parcs à travers le monde représentent la seconde source de revenus juste après les chaînes de télévision. 

Le parc Astérix envisage d'ouvrir mais en réduisant le nombre de visiteurs.
Le parc Astérix envisage d'ouvrir mais en réduisant le nombre de visiteurs. © Radio France / Philippe Lefebvre

Mais la situation sera sans doute plus délicate à gérer pour des parcs plus petits, parfois des entreprises familiales qui réalisent la majeure partie de leur chiffre d’affaires de mai à septembre. Des entreprises qui n’auront peut-être pas les moyens de mettre autant d’argent sur la table que les géants de secteur pour répondre aux exigences du déconfinement.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.