Il est des lieux dont on peut tomber amoureux. Ce fut le cas pour l’industriel Paul Ricard avec l’île des Embiez au large du Var qu’il a transformé en petit paradis où tourisme et écologie font bon ménage.

La Polynésie ? Non, simplement les Embiez au large du Var.
La Polynésie ? Non, simplement les Embiez au large du Var. © Radio France / Philippe Lefebvre

J’ai trouvé ce que la nature offre de mieux pour s’évader et rêver ». 

Cette phrase est de Paul Ricard, l’industriel créateur de la célèbre boisson anisée qui porte son nom et qui en 1958 a acheté ce bout de terre au large des côtes du Var. Il n’était pas question pour lui d'en faire une propriété ultra privée. Son idée était plutôt d’en faire un lieu de vacances idéal pour tous ceux qui ont envie de repos, de décontraction et de silence.

Sur l’Île des Embiez, le rêve d'un homme : Paul Ricard.
Sur l’Île des Embiez, le rêve d'un homme : Paul Ricard. © Radio France / Philippe Lefebvre

Et tout cela on le retrouve, bien des années plus tard, en arrivant aujourd’hui sur l’Île des Embiez après dix minutes de traversée sur le petit ferry qui assure le seul lien avec le continent. Ce qui surprend tout d’abord c’est effectivement le silence. Il faut dire qu’aucune voiture ne circule dans l’Île  à l’exception des camionnettes qui livrent les produits alimentaires que l’on peut acheter dans la supérette, dans la boulangerie ou que l’on peut déguster dans les trois restaurants situés tous sur le port.

Autre surprise, on nous explique en arrivant sur place qu’il y a sur ce confetti de 95 hectares deux hôtels et des dizaines d’appartements ou de petites maisons qui sont louées par les touristes. Des constructions discrètes que l’on ne voit pratiquement plus quand on emprunte le sentier de 6 kilomètres qui fait le tour de l’île (le rêve pour les amateurs de jogging en pleine nature).

Enfin au détour d’un chemin vous trouverez des vignes. Car historiquement sur cette île on a toujours fabriqué du vin et aujourd’hui c’est Etienne Pats qui produit ici 25 000 bouteilles par an, une production archi-confidentielle à déguster sur l’île avec modération.

Sur l’Île des Embiez on retrouve de la flore méditerranéenne connue.
Sur l’Île des Embiez on retrouve de la flore méditerranéenne connue. © Radio France / Philippe Lefebvre

Mais Les Embiez n’est pas qu’un lieu touristique, c’est aussi un endroit ou la nature a su conserver une place primordiale. Ainsi on trouve ici plus de 300 espèces de végétaux à fleurs ou à fruits. Mieux, et ce fut une volonté de Paul Ricard, on trouve ici 90% des essences végétales méditerranéennes connues. Bref sans savoir que le sujet Ô combien polémique de la cohabitation entre la nature et les touristes deviendrait un sujet à la mode 62 ans plus tard, l’industriel a su créer ici un exemple de ce que le tourisme peut faire de mieux quand il est maîtrisé.

Enfin pour s’en convaincre un seul chiffre suffit. Les Embiez au plus fort de la saison reçoit à peine 2000 touristes par jour. Des touristes qui très vite quittent le port et que personne ne verra plus avant le départ des navettes maritimes du soir perdu qu'ils seront sur les minuscules plages ou dans la végétation insulaire. Bref on est loin du sur-tourisme que l’on peut parfois observer sur les côtes varoises juste en face.

Enfin même si ce n'est pas forcement bon marché, Il  ne faut donc pas hésiter à venir tenter « l’expérience » en séjournant sur l’île. Et avant de venir prendre un verre en terrasse vous découvrirez tout autour du port des grands panneaux vous détaillant la vie du créateur du lieu que l’on appelle aussi l’île Paul Ricard. Un lieu bien à part.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.