Des sports d'hiver plus respectueux de l'environnement, c'est ce que propose la station la plus haute d'Europe. Des hôtels plus verts, une utilisation raisonnée de la ressource en eau ou de l'électricité, et des dameuses hybrides. La révolution verte est en marche.

A Val Thorens l'or blanc se met au vert
A Val Thorens l'or blanc se met au vert © Radio France / Philippe Lefebvre

Lorsque l’on parle d’environnement et de stations de sports d’hiver on en entend souvent des critiques et des reproches. On parle de la pollution générée par les vacanciers skieurs ou plus fréquemment encore des problèmes liés à l’utilisation de l’eau des sources ou des nappes phréatiques pour alimenter les « canons à neige » que dans les stations d’ailleurs on préfére appeler les enneigeurs.

Critiques justifiées il y a quelques décennies mais aujourd’hui on est loin de tout cela. Force est de reconnaitre que la grande majorité des stations est passée au vert. 

C’est le cas à Val Thorens encore reconnu l’année dernière comme étant la meilleure station du monde, dans le domaine savoyard des 3 vallées.

Tout d’abord les enneigeurs. Ils sont alimentés par un gigantesque bassin de 300 000 m3 installé en altitude qui récolte notamment l’eau de pluie ou la neige fondue. Mieux cette eau est utilisée pour alimenter les villages de la vallée ce qui est intéressant lorsque surviennent les épisodes de fortes chaleurs et donc fatalement de hausse de la consommation d’eau.

Depuis un an Val Thorens utilise des dameuses hybrides.
Depuis un an Val Thorens utilise des dameuses hybrides. / C. Cattin

Mais ce n’est pas tout, ainsi la station dispose désormais de dameuses hybrides qui fonctionnent au gaz liquide ainsi qu’à l’électricité et qui disposent d’un système électronique qui permet via un satellite de mesurer la hauteur de neige pour mieux la repartir sur les pistes sans avoir besoin d’utiliser la neige de culture des enneigeurs.

Mais tout n’est pas parfait reconnait on volontiers dans les stations car il faudrait arriver dans les prochaines années à mieux sensibiliser les skieurs aux problématiques de gestion des déchets car les utilisateurs de la montagne sont encore nombreux entre deux descentes à enfouir sous la neige bouteilles et emballages alimentaires comme s’ils allaient disparaitre par magie.

Val Thorens, la station de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise.
Val Thorens, la station de sports d'hiver de la vallée de la Tarentaise. © Radio France / Philippe Lefebvre

Bref les gestionnaires des stations on encore beaucoup de travail et devront encore investir beaucoup d’argent pour être encore plus respectueux de l’environnement. Mais comme le fait remarquer Vincent Lalanne le directeur de l’office du tourisme de Val Thorens «  c’est de l’avenir de la station qui est en jeu et cela n’a pas de prix ».

Programmation musicale
  • MURA MASADeal wiv it (feat. Slowthai)2020
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.