La puissante association internationale du transport aerien ne veut plus rembourser les billets d'avions pour les vols qui n'auront pas été éffécué à cause du coronavirus une pratique qui a déclanché la colere des agences de voyages et des tour operator

Les professionnels du tourisme partent en guerre contre le lobby des compagnies aériennes.
Les professionnels du tourisme partent en guerre contre le lobby des compagnies aériennes. © Getty / Hinterhaus Productions

C’est peu dire que le torchon brûle entre les professionnels du 

Tourisme et l’Iata l’association international du transport aérien qui regroupe pas moins de 293 compagnies à travers le monde.

Raison de la colère : cet organisme qui encaisse auprès des tour operator et des agences de voyages les sommes correspondant aux billets d’avions émis et vendus en agence a brusquement changé la règle du jeu et les pratiques commerciales sans prévenir le moindre professionnel.

Ainsi jusqu’à présent dans un vol était annulé la compagnie via IATA  remboursait l’agence de voyage qui elle-même pouvait rembourser son client. Mais expliquant qu’avec la crise du covid-19 les compagnies aériennes étaient au bord d’un gigantesque crash financier estimé à plus de 250 milliards de dollars l’organisation a décidé de ne plus rembourser le moindre billet et de proposer en échange des avoirs pour ses clients.  

Alexandre du Juniac le grand patron de l’iata, qui lorsqu'il était patron d'Air France n'a jamais brillé par son sens du dialogue,  a d’ailleurs été très clair cette semaine en déclarant : « nous faisons tout pour éviter les sorties de trésorerie… »

Mais cela pose plusieurs problèmes :

Le premier … les avoirs en question n’ont aucune existence légale en Europe… les avoirs ne sont autorisés que pour les billets de  trains… mais pas pour les billets d’avions

Le deuxième c’est qu’en ces temps de crise ou il y a on l’a vu des compagnies qui mettent la clé sous la porte, ces avoirs risquent de ressembler très vite à de la monnaie de singe sans aucune valeur parce que la compagnie qui les aura émis aura fait faillite c’est arrivé avec aigle azur par exemple

Et le troisième est que les compagnies pourraient fournir des avoirs à des agences qui du point de vue de la législation française doivent régler en numéraire les vols non effectués…

Mais il est bien difficile pour les professionnels du tourisme de faire entendre leur voix face à une organisation qui a droit de vie ou de mort sur les agences puisque c’est l’iata qui autorise ou non ces dernières à vendre des billets d’avions. Une structure d’ailleurs qualifiée lors du dernier salon de l’aéronautique du Bourget d’organisation mafieuse par Akbar Al Baker le patron de la compagnie Qatar Airways.

Mais certains professionnels du tourisme comme Jean François Rial le pdg de Voyageurs du Monde, Nicolas Brumelot créateur de la centrale de réservation en ligne Mister Fly ou encore Jean Pierre Mas le président du syndicat des entreprises du voyages expliquent qu’ils n’ont rien contre les compagnies aériennes qui se doivent elles aussi faire face à de grandes difficultés. 

En revanche ils veulent obtenir la création d’un fond de garantie sorte d’assurance tout risque pour l’aérien.

Et ces professionnels savent de quoi ils parlent puisqu’en France une telle structure existe pour les agences de voyages et les tour operator, elle s’appelle l’APST…. C’est une structure de prévoyance qui est financée par les professionnels du tourisme et qui intervient en cas de crise quand une entreprise fait faillite …. Cela a été le cas lors de la chute de thomas cook…

Et on peut imaginer créer une structure équivalente pour les compagnies aériennes et pourquoi pas au niveau mondiale… 

Et si une sorte de fond de garanti avait existé ces derniers mois et bien par exemple les passagers d’aigle azur ou de xl airways auraient pu être remboursé et ne pas payer de billet supplémentaire pour rentrer chez eux…

Mais cela visiblement l’IATA ne veut pas en entendre parler et c’est bien ce qui a provoqué la colère de Nicolas Brumelot le patron de mister fly qui n’est rien moins que le deuxième vendeur de billets d’avions en France 1millions 700  000 billets vendus l’année dernière….et Il vient de rédiger une très médiatique lettre ouverte au patron de l’IATA … lettre ouverte qui pour le moment n’a pas provoqué de réaction du lobby des compagnies aériennes ce qui n’est guerre surprenant

Programmation musicale
  • Dinah Washington, Dinah Washington (voix), Hal Mooney & His Orchestra, Cannonball Adderley (saxophone alto), Junior Mance (piano)
    Dinah Washington, Dinah Washington (voix), Hal Mooney & His Orchestra, Cannonball Adderley (saxophone alto), Junior Mance (piano)Sunnyside of the Street
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.