Serons-nous obligés de passer nos vacances en France cet été ? Malgré les recommandations du gouvernement, de nombreux français commencent à regarder ce qui se passe au-delà des frontières pour leurs prochaines vacances.

La Grèce se prépare à recevoir à nouveau les touristes
La Grèce se prépare à recevoir à nouveau les touristes © Getty / Marco Simoni

L’année dernière, un peu plus de 46 millions de français ont profité de l’été pour partir en vacances et 9 millions ont séjourné hors de nos frontières. Bien sûr, covid19 oblige, on peut se demander s’il sera possible de partir à l’étranger cet été.

La réponse est clairement oui car même si officiellement le gouvernement demande depuis plusieurs semaines aux Français de rester dans l’hexagone, pour des questions sanitaires mais aussi et surtout pour soutenir les professionnels français du tourisme durement touchés par la crise et bien rien ne nous empêche, dés qu’il y aura de nouveau des avions disponibles, de partir à l’étranger. D’ailleurs les sites de réservations en ligne commence à enregistrer des ventes essentiellement pour le Portugal, l’Espagne et la Grèce. 

Toutefois cette liberté de voyager sera tout de même limitée car nombre de pays maintiennent encore  leurs frontières fermées aux touristes. Une situation qui devrait toutefois évoluer durant le mois de juin.

Quand aux vols longs courrier ils seront eux aussi très limités et d’ailleurs les seuls billets qui se vendent en ce moment le sont pour des vols à destination de la Martinique de la Guadeloupe et de la Réunion. Et pour cette dernière destination la compagnies réunionnaise Air Austral a décidé de proposer à ses passagers de faire un test covid avant le départ. Cela a été fait sur un vol test il y a une semaine et 35% des passagers ont joué le jeu. Toutefois le masque reste obligatoire durant le vol.

Enfin si effectivement nous devons nous montrer solidaires vis-à-vis des professionnels français du tourisme, n’oublions pas que la plupart du temps que nous partons à l’étranger c’est via des entreprises françaises (tour operator, agences de voyages, clubs de vacances…) des entreprises qui depuis le début de la crise ont vu leur activité réduite à néant.  Elles aussi ont besoin de solidarité.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.