Loin d’Astérix et Obélix, Vercingétorix et ses irréductibles gaulois ont mis réellement en déroute les légions romaines et Jules César. Une épopée historique à revivre sur les lieux de la bataille et dans un musée à la fois pédagogique et ludique.

des hauteurs de Gergovie, Vercingetorix observait l'armée romaine
des hauteurs de Gergovie, Vercingetorix observait l'armée romaine © Radio France / philippe lefebvre

Même si la localité de Gergovie est modeste, son nom est gravé à tout jamais dans l’histoire pour avoir été le lieu où "d’irréductibles Gaulois" ont mis en déroute en 52 avant JC, Jules César et ses légions romaines après une seule petite journée de combats.

Pour célébrer cette victoire historique et Vercingétorix, un musée a été édifié au sommet de la colline. On y vient pour redécouvrir les secrets de cette bataille grâce à d’astucieuses mises en scène, on peut y voir également des objets provenant des fouilles archéologiques ou des reproductions de costumes.

Et il faut aussi venir dans ce bâtiment pour visiter l’exposition temporaire "Vercingétorix, un héros, cent visages ?". Si Jules César a décrit dans "La Guerre des Gaules", les faits d’arme du chef gaulois, à aucun moment, il n’en donne une description physique. Et depuis ce sont les artistes, peintres, sculpteurs qui ont imaginé le visage du plus célébré des Gaulois. Résultat : un homme aux multiples visages que vous pourrez découvrir dans cette exposition qui se tient jusqu’au 2 janvier prochain.

En sortant du musée, vous ne manquerez pas d’admirer la plaine de la Limagne, le grenier à blé du massif central et sur la colline d’en face le village gaulois de Corent.

Mais cette région, ce pays Arverne, ne se limite pas à ce glorieux passé. À quelques kilomètres de Gergovie, je vous conseille de découvrir le village de Saint-Saturnin donné par son château du XIIIe siècle édifié avec de la pierre volcanique et surtout, ancienne propriété de Catherine de Médicis. Aujourd’hui, c’est Emmanuel Pénicaud qui en est le propriétaire et qui prend toujours un grand plaisir à faire visiter cette forteresse mais aussi à y accueillir celles et ceux qui veulent y séjourner dans de vastes chambres d’hôtes garanties sans fantômes, si l’on en croit le maitre des lieux.

le chateau de Saint Saturnin propose aussi des chambres d'hotes
le chateau de Saint Saturnin propose aussi des chambres d'hotes © Radio France / Philippe Lefebvre

Ensuite, vous pourrez enjamber l’autoroute A75 pour vous rendre à Vic le Comte pour y découvrir la sainte chapelle. En fait, il s’agit de l’une des 11 saintes chapelles édifiées en France sur le modèle de celle de Paris pour y accueillir les reliques de la couronne d‘épines du Christ rapportées par Saint-Louis à son retour de croisade. 

Mais bien entendu après toutes ces visites, un conseil : ne manquez pas de vous initier à la fabrication du fromage star de la région, le Saint-Nectaire. La ferme du Clos vous propose d’ailleurs d’intéressantes visites guidées avec un passage dans les champs au milieu des vaches. Visite qui se termine bien évidement par une dégustation.

incontournable en auvergne : la dégustation de Saint Nectaire
incontournable en auvergne : la dégustation de Saint Nectaire © Radio France / philippe lefebvre

Enfin, après une journée riche en découvertes, il ne faudra absolument pas manquer de passer la nuit… dans un couvent. Il s’agit de Couvent de Monton abandonné au début du XIXe siècle et restauré par Chantal Favre qui a transformé la chapelle en 5 chambres d’hôtes très lumineuses avec pour certaines, une vue imprenable sur les vitraux eux aussi restaurés. La maitresse de maison est une passionnée qui vous proposera au petit déjeuner des produits 100% locaux et des tisanes faites maison qui remplaceront largement votre thé ou votre café du matin.

une visite en auvergne ne serait pas complète sans une dégustation de Saint Nectaire
une visite en auvergne ne serait pas complète sans une dégustation de Saint Nectaire © Radio France / philippe lefebvre
Programmation musicale
L'équipe