oubliez Heidi, le secret bancaire, et le chocolat pour découvrir les bonnes vibrations d'une ville qui vous reserve bien des surprises

le Beau Rivage, plus qu'un palace :  une institution à Lausanne
le Beau Rivage, plus qu'un palace : une institution à Lausanne © Radio France / philippe lefebvre

Située à trois heures et trente minutes de Paris en Lyria (la version franco-suisse du tgv), Lausanne est la destination idéale pour un weekend de détente au rythme des flots du lac Léman et des sirènes des navires qui assurent la liaison avec la France. Mais pour bien profiter de votre séjour il faut mettre de côté tous les clichés sur la Suisse, Heidi, le secret bancaire et j’en passe…et  adopter le rythme de la quatrième ville de la confédération helvétique. Un rythme plutôt cool qui peut surprendre au premier abord mais que l’on adopte assez rapidement.

Et premier conseil : pour découvrir la ville il faut prendre de la hauteur en vous rendant à la cathédrale peu avant 22h car une fois les 10 coups sonnés vous entendrez une voix annonçant aux quatre points cardinaux : « c’est le guet ! Il a sonné dix ! ». Cette phrase on la prononce tous les soirs depuis le 15èm siècle. A l’époque le guetteur signifiait ainsi aux habitants de Lausanne qu’il était temps d’éteindre les feux et qu’il surveillait les maisons en bois pour prévenir en cas d’incendie. Aujourd’hui on pourrait légitimement se demander si tout cela a encore un intérêt dans le pays de l’horlogerie, ou comme partout les maisons sont équipées de détecteurs d’incendie ? Mais Rénato Häusler l’actuel guetteur est catégorique : « c’est une tradition qui a traversé le temps et qu’il faut maintenir ». Mieux, Rénato reçoit bien volontiers et gratuitement les visiteurs voulant partager avec lui cette expérience et découvrir son minuscule bureau situé au sommet de la cathédrale entre les deux cloches.

Renato Hausler, le guetteur de la cathédrale, héritier d'une tradition qui remonte au 15e siécle
Renato Hausler, le guetteur de la cathédrale, héritier d'une tradition qui remonte au 15e siécle © Radio France / philippe lefebvre

Ensuite il ne vous restera plus qu’à descendre en direction du lac pour découvrir un autre haut lieu de Lausanne : le Beau Rivage Palace. C’est sans doute l’un des plus vieux palaces d’Europe dont la construction a débuté à la fin du 19 e siècle. Mais contrairement à d’autres hôtels de luxe ici on n’a pas sacrifié la tradition au profit d’une modernité froide et standardisée. En se promenant dans les couloirs sous les lustres monumentaux ou pourrait presque imaginer croiser les illustres clients du lieu : Coco Chanel, Pierre de Coubertin Charlie Chaplin ou encore une brochette de chefs d’états venant ici pour négocier secrètement des accords internationaux ; sans oublier des rock star comme Phil Collins qui s’y  est marie avec en guise d’orchestre le groupe Dire Straits.

Mais pour Sylvie Gonin concierge « clé d’or » du palace c’est une autre personnalité qui aura marqué ses 30 ans passés dans le hall de l’hôtel : Le Dalaï Lama. Quand le chef spirituel des tibétains est entré dans l’établissement, explique-t-elle, le silence s’est fait, un contraste avec l’agitation et le bruit qui dominait avant son arrivée. Aujourd’hui Sylvie demeure très modeste quand elle vous fait visiter les lieux, le restaurant confié à la cheffe française Anne Sophie Pic ou l’extérieur avec le parc ou des accords discrets ont probablement été signés entre chefs d’états et ou, plus surprenant, existe un minuscule cimetière ou jadis les riches clients de l’hotel pouvaient faire enterrer leurs animaux. Et c’est enfin dans ce parc que l’on trouve une grille la encore discrète qui permet d’accéder directement au musée le plus visité de la ville : le musée du comité international olympique dont le siège est aussi à Lausanne.

le cimetière des chiens du parc du beau rivage
le cimetière des chiens du parc du beau rivage © Radio France / philippe lefebvre

Mais un séjour sur les rives du Léman est aussi l’occasion de faire des rencontres et c’est juste en face du Beau Rivage sur les quais qui bordent le lac que vous pourrez faire connaissance avec Serge Guidoux, pêcheur professionnel. C’est aux premières heures de matinée que l’on peut le voir déployer ou remonter ses filets. Cet ancien facteur devenu pêcheur par passion est un spécialiste de la perche et de la féra les deux poissons que l’on trouve dans le lac et qui se retrouvent sur les cartes des restaurants de la ville comme le 57° qui propose une version meunière de ces poissons.

serge guidoux pêcheur professionnel sur le lac léman
serge guidoux pêcheur professionnel sur le lac léman © Radio France / philippe lefebvre

Enfin pour être complet votre séjour devra absolument se terminer à Vevey  (moins de 15 minutes en train du centre de Lausanne) pour visiter sur les hauteurs de la ville le Chaplin’s World. Ici on peut découvrir à la fois le manoir de Ban ou Chaplin s’était installé avec sa famille en 1952 après avoir été déclaré indésirable aux états unis en plein Mc Carthysme. Ensuite vous vous rendrez dans la partie studio qui vous fera plonger dans l’univers des studios de cinéma et de Chaplin. Un endroit émouvant et passionnant mis en œuvre par les equipes du musée Grévin. L’accés est très facile d’accès via les transports en commun.

sur les traces de Charlie Chaplin au Chaplin's world
sur les traces de Charlie Chaplin au Chaplin's world © Radio France / philippe lefebvre

A voir également : 

Aquatis, l’aquarium de Lausanne pour découvrir la faune et la flore d’eau douce

Les terrasses de Lavaux   entre Lausanne et Montreux ces vignobles sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco

Mes bonnes adresses :

Restaurant 57° : situé sous le château d’Ouchy face au lac Léman on y déguste les poissons du lac perche et fera pêchés par les pécheurs professionnels comme Serge Guidoux

Le Café de Grancy : près de la gare un établissement jeune ou l’on retrouve artistes, étudiants et familles autour de plats simples

Lausanne Tourisme : le site de l'office du tourisme de la ville

Programmation musicale
L'équipe