Une première fois c’est toujours émouvant. Un premier vin, tout autant.

Elle était partie pour être journaliste, elle s’y est même frottée. Elle aurait pu être brocanteuse, la passion dominicale de cette parisienne. Mais quand vous descendez d’une longue lignée vigneronne à Meursault, l’atavisme des terres bourguignonnes vous chatouille. En 2013, Marthe reprends ses études, “la viti” à Beaune, la formation des vignerons pour adultes.  Elle se forme à Chassagne, puis se fait embaucher en ses terres murisaltiennes au Domaine Rougeot. Il y travaille encore, pour toujours apprendre la vigne, sa vraie passion. Un jour, elle pourra reprendre quelques vignes familiales. Pas avant 2023. Faire du vin la gratouile. Septembre 2017, à 31 ans, Marthe décide d’acheter ses premiers raisins, issus de domaines bios ou en conversion bio. Elle les vinifie sans souffre, sans levures, avec toute l’attention de sa grand-mère qui l’accueille dans sa cave. Nous avons eu la chance de goûter ses premières bouteilles : Aligoté, Bourgogne Chardonnay, Meursault, des rouges de Pommard et autres Santenay... Elles brillent par leur franchise de goût, le respect d’un raisin équilibré, tout sauf des vins boursouflés par l’égo d’un vinificateur en mal de reconnaissance. Une respiration. 

Marthe Henry Boillot - 3 rue de Leignon  - 21190 Meursault -marthehenry@gmail.com 

  • Bourgogne Aligoté 2017: 13 € la bouteille 
  • Meursault “Sous la Velle” 2017 : 39 € la bouteille 
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.