A l'occasion de l'émission "On Va Déguster" spéciale Napoléon, Antoine Gerbelle nous raconte l'histoire et la variété des vins rouges d'Ajaccio et la montée en puissance du "sciaccarellu" (cépage noir) dans toute la Corse.

La conquête du Sciaccarellu

Il buvait son eau glacée et l’utilisait pour couper son Chambertin, le seul vin qui l’a accompagné toute sa vie. Un vin de Bourgogne très populaire à l’époque, que Napoléon appréciait depuis l’Egypte, sur les recommandations de son médecin, Jean-Nicolas Corvisart. L’Empereur ne boit guère d’autres vins, jamais plus d’une demi-bouteille, parfois une coupe de champagne (qu’il coupait aussi d’eau), à propos duquel il aurait dit : « En cas de victoire, je le mérite ; en cas de défaite, j’en ai besoin ». Mais il n’abusait jamais d’eau de vie ni de spiritueux. Ce qui ne l’a pas empêché de faire la promotion en Europe du cognac (contre le whisky anglais) qu’il faisait distribuer aux troupes. 

Le bicentenaire de sa mort permet surtout d’évoquer les formidables progrès des vins de sa région natale. Les vins corses prennent leur revanche. L’émulation entre les domaines donne naissance à de grands vins identitaires. Autour d’Ajaccio, les vignerons défendent leur cépage, le "sciaccarellu". Un cépage noir qui donne des vins capiteux d’une grande suavité. Il se sent chez lui adossé aux montagnes de l’arrière-pays et ouvert sur la mer. L’altitude lui convient bien ; ce n’est pas un hasard si son autre nom est "montanaccio". Longtemps dédié au vin rosé compte tenu de sa couleur pâle, le sciaccarellu est désormais sollicité et valorisé dans les vins rouges que l’on retrouve dans des propriétés de références que sont les domaines Vaccelli (famille Courrège), Clos Capitoro (famille Bianchetti) ou encore le Clos d’Alzetto (famille Albertini) et U Stiliccionu (famille Poly-Casabianca). Sans oublier la star, le domaine Comte Abbatucci (famille Abbatucci), dont les grandes cuvées (Général de Révolution, Diplomate d’Empire, Ministre) font référence au riche passé impérial de la famille.

Dégustation

Historiquement planté dans le sud de l’Ile, le "sciaccarellu" et ses tanins doux gagne du terrain dans les vignobles du nord, plus connus pour des rouges à base du solide et rugueux niellucciu (le sangiovese italien). Amusons-nous à comparer deux "sciaccarellu", l’un du sud, le domaine A Peraccia de Laurent Costa, implanté à Péri et sa cuvée rouge AOC Ajaccio Prestige 2018 (15 €). Et l’autre du nord, la cuvée AOC Corse Brama (17,50 €), pur "sciaccarellu" de Porte-Leccia, au cœur de la haute Corse, vignoble en altitude vinifié par Manuel Venturi. En conclusion, un clin d’œil aux cuvées commémoratives de la mort de Napoléon (nombreuses, souvent sans intérêt), avec la sortie au printemps 2021 de la meilleure d’entre elles : Famille Impériale du Domaine Orenga de Gaffory (23 €).

  • Domaine A Peraccia –Lieu dit Rancichella 20167 Peri, Corse-du-Sud – 06 65 37 37 59
  • Clos Venturi / Domaine Vico– Route de Calvi, 20218 Ponte Leccia, Haute-Corse – 04 95 47 61 35 
  • Domaine Orenga de Gaffory– Lieu-dit Morta Majo, 20253 Patrimonio, Haute-Corse – 04 95 37 45 00
Thèmes associés