La vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune est l'une des plus célèbres manifestations de charité au monde. La vente est annulée en raison du contexte sanitaire mais Antoine Gerbelle revient sur son histoire et présente son coup de coeur.

Les Hospices de Beaune
Les Hospices de Beaune © Getty

Les acheteurs professionnels de Bourgogne attendent tous l'évènement qui a lieu le 3ème dimanche de novembre depuis 1859. A cette occasion sont vendus au plus offrant 50 cuvées différentes provenant uniquement du domaine viticole appartenant à l’hôpital de Beaune. Un domaine qui s’est constitué au fil des siècles, par des donations, depuis que Nicolas Rolin - le chancelier du Duc de Bourgogne - et son épouse Guigone de Salins, fondèrent l'Hôtel-Dieu de Beaune en 1443.

Le domaine avoisine aujourd’hui 60 hectares dont 50 sont consacrés au pinot noir, le reste en chardonnay. Ce domaine aux parcelles exceptionnelles de 1ers et Grands Crus, est dirigé depuis 2015 par une œnologue exemplaire, Ludivine Griveau.

La vente, qui devait avoir lieu ce dimanche 15 novembre est malheureusement annulée. Habituellement, elle est organisée par la maison de vente aux enchères Christie’s. La vente comprend 630 « pièces » : la pièce est le tonneau bourguignon traditionnel qui contient 228 litres ( /- 300 bouteilles). Versés tous les ans pour une grande cause, les bénéfices de cette pièce de charité dite « pièce des Présidents » seront cette année intégralement reversés au profit d'associations.

Le site des Hospices de Beaune

Le site d'achat

Le coup de coeur

Les vins des hospices de Beaune représente l’expression la plus prestigieuse de la Bourgogne à des prix très élevés (entre 2005 et 2019, les prix des hospices de Beaune ont été multiplié par quatre !), Toutefois l’amateur curieux peut encore trouver des pinots noirs et des chardonnay abordables de grande qualité. 

Il faut les chercher, bien les chercher dans Sud de la Bourgogne (Mâconnais, Côte Chalonnaise) ou bien dans le nord du côté de l’Yonne. Notre coup de cœur du jour bourguignon est issu d’un vignoble méconnu, entre Bourgogne et Champagne. A Prusly sur Ource exactement chez Quentin et Alice Beaufort

Ces enfants de Champagne achètent en 2007 1,5 hectare de vignes dans le pays Châtillonais, au nord de la Côte d’Or puis 7 hectares supplémentaires d’un seul tenant en 2011. Sans voisins « polluants » et sur un site exceptionnellement beau, tout est réuni pour produire des vins tranquilles ou effervescents de grande personnalité. 

Leur cuvée GlouGlou Charmoire est produit en vin de France parce que l’appellation Bourgogne a du mal à admettre ce genre de pinot vivant. Il faut dire que chez les Beaufort on ne rajoute ni levures, ni enzymes ni colle et que les vins ne sont ni chaptalisés ni acidifiés. 

Des vins entiers, vinifiés en grappe entière, en semi carbonique, qui reste léger en alcool (le 2017 titrait 8,5% vol !). Pas un millésime ne se ressemble et c’est cela qui rend leur approche passionnante. Le 2018 est du genre puissant avec des tannins fort mais soyeux. On pense davantage à un grenache, pas au pinot noir, si on ne connaissait pas cette année chaude. Il va allègrement sur une viande. Surprenant ! 

Environ 17 € chez les cavistes.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.