Ce dimanche, Jérôme Gagnez nous propose une sélection de vins cadurciens !

L'AOC Cahors en quelques chiffres clé :

- AOC obtenue en 1971.

- L’aire géographique, c’est-à-dire l’ensemble des parcelles pouvant revendiquer l’AOC, est de 21700 hectares

- La surface plantée est de 4500 hectares dont 3500 sont commercialisés en AOC. Le solde, soit 1000 hectares est commercialisé en IGP (vin de pays) ou en vin de France.

- Il y a 80% de caves particulières, les 20% restants se répartissant entre le négoce et la cave coopérative.

- 11% des surfaces plantées sont labellisées bio.

- Cépage majoritaire : le malbec représente plus de 80% de la surface. Viennent ensuite le merlot et, très minoritairement, le tannat.

- La commercialisation se fait à 65% en France et 35 % à l’export. Les principaux marchés sont les USA, le Québec et le Royaume-Uni.

Un peu de géographie

Le vignoble de Cahors s’étend sur 60 km à l’ouest de la ville de Cahors, le long des méandres du Lot. C’est un vignoble de piémont qui est situé sur les contreforts du Massif Central. Les vignes sont réparties sur les deux rives de la rivière et sont divisées en deux entités géo pédologiques distinctes : le vignoble de vallée et le vignoble de causse.

Le vignoble de Vallée se trouve sur les rives gauche et droite du Lot et se subdivise en 1ère, 2ème et 3ème terrasse. Celles-ci sont définies en fonction de leur éloignement de la rivière. Les premières terrasses, proches du Lot, se caractérisent par des sables limoneux, fertiles, qui donnent des vins fruités et souples. Les deuxièmes terrasses, situées juste au-dessus des premières, sont plus riches en argiles avec des galets roulés. Les argiles et les galets apportent un supplément de profondeur et de structure aux vins. Ceux-ci restent marqués par un fruité expressif. Les vins sont de moyenne garde mais accessibles dans leur jeunesse. La troisième terrasse présente des sols argilo-siliceux dans sa partie inférieure et des sols de grèzes (éboulis calcaires) dans sa partie supérieure près du causse. Les vins issus des sols argilo-siliceux sont puissants et marqués par un fruité généreux tandis que les vins de grèzes présentent un supplément de finesse.

Le vignoble causse est quant à lui, très calcaire, avec, par endroit, des sols siderolithiques (formation géologique qui contient beaucoup de concrétions ferrugineuses). C’est dans ce secteur que l’on trouve les vins les plus fins. Le terroir du causse est exceptionnel par la complexité de son ensemble argilo-calcaire.

Un peu d’histoire

L’histoire des vins de Cahors est très ancienne. Le vignoble cadurcien remonte à l’occupation romaine. Son essor fut ralenti par l’instauration du « privilège bordelais » par Henri III d’Angleterre. En effet, en 1241, un règlement stipule que les vins du Haut Pays ne peuvent accéder au Port de Bordeaux avant Noel, donnant ainsi un avantage commercial décisif aux vins de Bordeaux. Ce n’est qu’au XVIIème siècle que Louis XIV mettra fin au « privilège bordelais ». L’essor du vin de Cahors viendra notamment du Tsar Pierre Le Grand qui se serait soigné au « kaorskoie » vino. En outre, l’église orthodoxe l’adopta comme vin de messe. Ajoutons que sa très bonne capacité de conservation en fait un excellent « vin de cargaison ». Après une longue période au cours de laquelle le vignoble de Cahors sombre progressivement dans l’oubli.

L’année 1971 est à marquer d’une pierre blanche car c’est l’année de l’accession au statut d’AOC grâce, notamment, au président Georges Pompidou qui possède un lieu de villégiature à Cajarc. La surface plantée est alors de 440 hectares. Les vins de Cahors remontent alors la pente et, sous l’impulsion de vignerons comme Jean-Luc Baldès du Clos Triguedina et Alain-Dominique Perrin au Château Lagrezette, gagnent en notoriété. Au début des années 2000 éclate une crise à la suite de la démission de A.-D. Perrin de la présidence des vins de Cahors. Ce dernier avait initié un projet de hiérarchisation des vins avec la création d’un Cahors grand cru. Ce projet fut rejeté par une majorité de vignerons lors d’une assemblée générale en 2002 à l’issue de laquelle M. Perrin claqua la porte au sens propre comme au figuré !

Il faudra un peu de temps pour que l’AOC Cahors se remette en ordre de bataille. Un nouveau projet de hiérarchisation est en cours d’élaboration. L’idée est de distinguer les deux grands ensembles geo-pédologiques en dénommant les vins qui en sont issus « Cahors Vallée » et « Cahors du Causse ». Souhaitons que ce dossier aboutisse, il fera faire un pas de géant à l’appellation.

Les vins

Le style des vins a évolué ces dernières décennies, entre tradition et modernité. La tradition a toujours été représentée par des vins assez tanniques, de longue garde qui correspondaient à une époque où l’on gardait un peu plus les vins qu’aujourd’hui. L’un des meilleurs représentants de ce style reste Jean-Luc Baldès du Clos Triguédina avec sa fameuse cuvée Prince Probus. Dans les années 90, le succès des malbec argentins, très riches et puissants, a poussé des vignerons à imiter ce style au détriment de la finesse. Il ne faut toutefois pas jeter le bébé avec l’eau du bain, cette mode a permis de faire connaître Cahors à un public plus large et d’apporter une notoriété nouvelle à Cahors. Pascal et Jean-Marc Verhaeghe ainsi qu’Alain-Dominique Perrin, entre autres, ont incarné ce modèle.

A la fin des années 90 le domaine Cosse-Maisonneuve a fortement contribué à faire évoluer le style des vins. Installés sur le causse, Catherine Maisonneuve et Matthieu Cosse ont eu la volonté de mettre en avant la finesse et la droiture des terroirs calcaires de ce secteur en adoptant un style épuré. Cela correspond aussi à tournant dans l’approche des vins avec une prise en compte de l’importance cruciale de la viticulture. Rejoints une dizaine d’années plus tard par une jeune génération de vignerons originaires ou non de Cahors, l’appellation a conquis de nouveaux palais attirés par le caractère plus digeste de leurs vins.

Ces différentes approches du vin de Cahors ne sont pas opposées mais complémentaires et démontrent s’il en était besoin la formidable complexité que propose ce vignoble trop méconnu. Ce renouveau est l’occasion de remettre l’expression du terroir cadurcien au centre du débat sans succomber aux sirènes de la communication sur le cépage, par trop réductrice. Certes, le cépage est connu dans le monde entier grâce au vignoble argentin qui en a fait son raisin emblématique mais Cahors a la chance de posséder un très grand terroir capable de transcender l’expression du cépage. Nul autre vignoble ne possède cette combinaison géologique .C’est le grand atout de Cahors.

Pour vous en convaincre, voici quelques domaines qui, chacun dans leur style, sont les dignes représentants et les porte-drapeaux de leur terroir

Voici mon carnet de dégustation :

  • Château les Croisilles

Fages

Famille Croisilles

46140 LUZECH

Tel : 05 65 30 53 88

Germain Croisilles : 06 72 31 02 71

Domaine de 30 ha répartis entre la Vallée (10 ha) et le causse (20 ha)

- Croisillon 2018, 8 € TTC au domaine. 20% de macération carbonique. Fruit éclatant au nez, très fine touche végétale. Bouche souple, juteuse, digeste, fraîche. Bon canon.

- Cahors cuvée Silice 2018 12 € TTC au domaine. Joli nez fin, très joli fruit, fruits noirs, de la maturité. Touche florale. Bouche charnue, sapide, bien fraîche, tanins très fins. Très joli vin de gastronomie.

- Cahors cuvée Calcaire 2018 14 € TTC au domaine. Calcaire siderotilithique. Brut de cuve. Nez expressif, fruits noirs, bien mûrs. Bouche ample, belle structure fine, belle finale crayeuse rafraîchie par une acidité de bon aloi.

- La Pierre 2018 19 € TTC au domaine. Élevage en cuve de calcaire. Mise récente. Un peu de réduction au nez. Bouche assez tendue, trame serrée mais fine. Bouche charnue avec une finale ferme, très longue, racée. Beau vin à attendre.

- Cahors Divin 2015. Cette cuvée n’est plus disponible au domaine mais on peut la trouver chez les cavistes. Nez assez fin, touche de zan. Le bois est parfaitement intégré. Bouche ample, belle matière fraîche. Un vin structuré dans la finesse. 

- Cahors Divin 2016 23 € au domaine. Nez ouvert, élégant, cerise noire. Bouche ferme, belle structure carrée mais élégante. Beau vin de garde. De la finesse.

  • Château Combel La Serre

Julien & Sophie ILBERT

Lieu-dit Cournou - La Serre

46 140 Saint Vincent Rive d'Olt

contact@combel-la-serre.com

Tél. : 05 65 21 04 09.

Propriété familiale de 23 hectares (22 de Côt et 1 de Vermentino) située à 17 km de Cahors sur le Causse Calcaire, Combel-la-Serre a vu le jour en 1998 sous l’impulsion de Jean-Pierre ILBERT - heureux vigneron aujourd’hui à la retraite - qui décida de quitter la cave coopérative pour devenir indépendant. Son fils, Julien, est revenu sur la propriété en 2003 et travaille aujourd’hui avec Sophie, son épouse. Peu à peu, le couple donne un second souffle au domaine: conversion en Bio (via Ecocert), retour aux vendanges manuelles sur tout le vignoble avec travail de tri à la récolte, travail et reconnaissance des différents terroirs

- Cahors Pur Fruit du Causse 2018 8,80 € TTC au domaine. Fruit très expressif, joli nez plaisant. Cerise confite. Bouche charnue, crayeuse, belle fraîcheur, long. Sapide. Joli canon.

- Cahors Chateau Combel La Serre 2017 13 € TTC au domaine. Assemblage de différentes parcelles du domaine. Plutôt majorité d'argiles rouges. Nez moyennement expressif, note de fruits rouges. Touche épicée. Bouche assez enrobée, tanins souples, bon équilibre. Un joli Cahors de fruit.

- Cahors Au Cerisier 2017 16,80 € TTC au domaine. Nez un peu fermé au premier abord. Après aération, très joli nez élégant, touche florale de violette. Bouche juteuse, tanins poudrés, beaucoup de pureté. Très joli.

- Cahors Lac aux Cochons 2016 30 € TTC au domaine. Nez au caractère minéral, note boisée, note fumée. Bouche ferme, crayeuse, tanins présents. Vin encore jeune, très prometteur, long.

- Cahors Lac aux Cochons 2017 30 € TTC au domaine. Prêt à la mise. Très joli vin fin et floral, toucher de bouche fin et élégant. Très bien.

- Peyre Levade 2016 30 € TTC au domaine. Nez sanguin, cerise noire, graphite. Complexe. Bouche juteuse, droite, ample. Matière concentrée finesse de texture, équilibre. Beau vin. 

  • La Calmette

Maya Sallée et Nicolas Fernandez

390 chemin du Colombier

46090 Trespoux Rassiels

Tel Maya Sallée : 06 02 09 00 17

maya@domainelacalmette.fr

Vin de France Serpents à Plume 2018 12 € TTC au domaine

Malbec et merlot à part égales. Marnes et calcaires de l'ère secondaire.

Nez très marqué par la mûre, joli nez plein de fruit. 

Bouche fraîche et acidulée, très vive mais pas mordante. Un vrai joli vin de soif.

- Cahors Tres Potz 2018 14 € TTC au domaine. Assemblage de différents terroirs : argiles rouges sidérolithiques, calcaires kimméridgiens et marnes. Joli nez avec une touche florale, du fruit frais. Bouche fraîche, plutôt marquée par le calcaire. Grande fraîcheur.

- Cahors L'Espace Bleu Entre Les Nuages 2017 22 € TTC au domaine. Nez de fruits noirs mûrs, touche d'épices. Note discrète de violette. Bouche très tendue, stricte mais très racée. Matière accrocheuse. Très long. Vin de garde.

- Cahors Bois Grand 2017 28 € TTC au domaine. Nez sur le fruit, assez mûr. Bouche assez charnue, de la rondeur avec une finale marquée par l'austérité du calcaire. Beau Cahors.

- Cahors Butte Rouge 2017 39 € TTC au domaine. Sidérolithique. Nez sanguin, poivre, fruits noirs. Complexe. Bouche juteuse, de la chair, trame serrée mais enrobée. Beau vin complet.

  • Domaine Cosse-Maisonneuve

Matthieu Cosse et Catherine Maisonneuve

46700 Lacapelle-Cabanac

Catherine et Matthieu se sont connus au début des années 90 sur les bancs de l’école à Bordeaux. Après avoir vécu chacun leurs expériences dans différentes propriétés viticoles, ils décident de créer leur propre domaine. Cahors apparaît alors plein de promesses avec un immense potentiel et, ce n’est pas sans importance, c’est un vignoble accessible pour des jeunes qui s’installent avec un très petit capital. Avec 5 ha en location au départ de l’aventure, il vont créer un domaine d’une vingtaine hectares entièrement conduit en biodynamie. C’est aujourd’hui un domaine de référence à Cahors.

- Cahors Le Combal 2014 12 € TTC au domaine. Le Cahors de fruit, tout en fraicheur et en tension. La bouche est marquée par des tanins fins et une belle sapidité.

- Cahors La Fage 2015 17 € TTC au domaine. Le registre de ce vin issu d’un sol argilo-graveleux (les troisièmes terrasses) est davantage taillé pour la garde que la cuvée Combal. La finesse de la structure le rend séducteur.

- Vin de France Carmenet 2017 30 € TTC au domaine. Nez assez discret, note de crème de cassis. Bouche assez puissante, belle structure fine. Finale crayeuse. Vin traçant en finale.

- Cahors les Laquets 2016 30 € TTC au domaine. Nez moyennement ouvert. Bouche ample, trame ferme, tanins encore austères mais racés. Belle finesse. De la fraîcheur. Très long. À attendre.

- Vin de France Siderolithe 2017 50 € TTC au domaine. Cabernet franc. Nez un peu fermé, touche de poivron, belles notes poivrées. Beau nez complexe. Bouche tendue, athlétique. Caractère minéral saillant. Très très long. Très beau vin.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.