Agnès n’est pas très foot... et elle se rend bien compte que ce n’est plus du tout tendance...

Messieurs, ma vie intime dépend de vos mollets.

Faut comprendre un truc.

Moi je viens de Toulouse. Donc j’ai pas été programmée pour le foot.

Mon père, mes frères, mes cousins, le boucher de la place des Carmes, tout le monde aime le ​rugby​.

Tout le monde est gros. Comme au rugby.

On mange du gras de canard.

Quand on se salue dans la rue, ca ressemble ​à une grosse mêlée, fraternelle, suante.

Même ma soeur est très rugby. Adolescente, elle roulait des pelles à Michalak.

Oui parce que Michalak avant d’être un gars bien coiffé qui vend des chocolatines 7 euros, c’est un rugbyman, le meilleur buteur de l’histoire du XV de france même.

Sauf qu’aujourd’hui être une meuf qui n’y comprend rien au foot, ca n’est même plus mignon. C’est nul en fait, c’est hasbeen.

Il y a encore quelques années, quand je confondais l’Euro et l’Eurovision c’était chou. Ca faisait sourire.

Maintenant si t’es pas au courant du transfert de Neymar, Si se queda se queda pas ?! T’es un boulet.

Mais moi je ne maîtrise toujours pas votre vocabulaire !

Transfert​ : Je croyais que le pauvre il devait envoyer de l’argent à sa mère. Clairefontaine​ : Jusqu’à ce matin pour moi, c’était des cahiers. Je croyais qu’on allait visiter l’usine des cahiers, et que vous étiez en cours ici pour préparer la rentrée....

Pavard​ : Je pensais à Pavarotti.

Les pools​ : ca pondait des oeufs.

KIKI​ : c’était juste une partie rigolote de l’anatomie de mon fiancé.

Depuis la maternelle je suis toujours la dernière à être prise dans les équipes. Le boulet quoi.

Non je suis au bout du rouleau.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.