Agnès a lu le journal "Sud Ouest" pour la première fois ce week-end et ça a ouvert ses chakras

OUI, et j’y ai découvert une matière poétique insoupçonnée. 

Dans le sud les élus locaux souhaitent une réouverture contrôlée de leurs plages. Mais pour éviter les regroupements et donc les risques de propagation du méchant “connard virus” comme dit mon meilleur ami de 4 ans Ulysse. Ils ont trouvé la solution : LA PLAGE DYNAMIQUE. 

Rarement entendu oxymore plus poignant.
PLAGE DYNAMIQUE. Ingénieuse alliance de mots absolument contradictoires. 

La plage c’est l’endroit de la demi mollesse, du sable entre les fesses, du soleil qui t’écrase doucement, de la crème qui coule calmement entre tes deux omoplates endormies, en attendant que la marée monte, lentement. D’un test sexo dans le dernier cosmo qui prend des plombes pour te dire que finalement des plus petits carrés, donc à mon avis, faut que tu sortes de ta routine planplan et que mette du sel dans ton couple sans que ca te pique. La page c’est mater longuement les beaux gosses pendant leur cours de surf. La plage c’est le roulage de pelle sous les étoiles filantes à 15 ans toute la nuit. La plage c’est l’inverse du dynamisme. 

PLAGE DYNAMIQUE
C’est un peu comme si je disais : LIBRE SERVITUDE. ENFANT SILENCIEUX. CONFINEMENT ENCHANTEUR. EPIDÉMIE JOYEUSE
ou encore LES TUCHES PRESIDENT. Ca ne va pas. 

Je comprends l’idée hein. Pour respecter la distance sociale il faut rester en mouvement. C’est logique. Je ne sais plus poser une division mais ça j’ai compris.
Donc tu peux aller à la plage pour marcher, nager, surfer. Faire faire ses besoins à ton chien ou ton enfant. Mais tu ne t’arrêtes pas. 

Interdiction de se poser sur un paréo, de bronzer, de faire une mini sieste, bref de kiffer sa vie. 

Bon déjà, c’est encore une énorme carotte pour nous les nuls en sport. Qu’est ce que je vais aller faire semblant de savoir tenir sur un putain de paddle hors de l’eau, alors que j’ai même pas été capable de faire semblant d’être joggeuse pendant deux mois de confinement. Et que j’ai fait en sorte d’être dispensée de sport du CP à la terminale. “J’ai mes règles. J’ai 7 ans et demi mais j’ai mes règles.” 

Et puis le Larousse me dit que le dynamisme : c’est l’aptitude à agir avec allant, énergie, vitalité, vie.
Ben autant dire, des choses qui n’existent plus à l’intérieur de mon âme en ce 12 MAI 2020. Je ne suis que charge mentale, pinot noir, bfm tv, et peur du lendemain. 

DYNAMISME moi je veux bien. Mais alors est ce que tout le reste pourrait aussi être dynamique ? SVP. 

On pourrait rêver d’un déconfinement dynamique.
D’une sexualité dynamique.
D’un vaccin d’un traitement qui arriveraient avec élan et vitalité. Vite. 

Est-ce que mon ennui peut devenir dynamique ?
Est-ce que la déprime peut aller faire son jogging sur une plage dynamique.
Et est-ce que nos angoisses peuvent disparaitre de façon dynamique. A plus de 100 km. Merci bien. 

Histoire que notre créativité revienne, à son rythme, calmement, joliment. Sans aucune obligation de rien du tout. Sans injonction. Sans attestation. Qu’on se re-raconte des histoires, qui parlent d’autre chose que de ce temps arrêté qu’on vient de vivre. Qu’on vit encore. Qui s’étire si lentement, sans aucun dynamisme. C’est si long. 

BONNE SEMAINE
En espérant que ce ne soit pas pour vous un oxymore. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.