Agnès Hurstel nous le dit : elle a besoin des icônes miroirs déformants pour devenir une adulte saine.

Lindsay Lohan me manque. 

Britney Spears me manque. 

Paris et Nicole, "the simple life", talons aiguilles dans crottins de cheval me manquent. 

MISCHA BARTON, l'héroïne de la série Newport Beach ME MANQUE ! 

LES COYOTES GIRLS en cuir moulant sur les bars me manquent punaise !

Je m’en fous que les bars rouvrent pour boire, je veux que les bars rouvrent pour faire du pole dance et boire des shots sur des culs ! La vie est fade sans vous les copines ! En ce moment la seule starlette végétarienne aux chaussures zébrées que je fréquente c’est toi Nagui. 

J’aimerais tellement que lundi prochain t’aies des implants et un balayage auburn. Ca m’apporterait tellement de joie dans mon petit coeur. J’ai besoin de ces icônes miroirs déformants pour devenir une adulte saine. C’est de la catharsis pure. Je ne touche pas à la drogue parce que je vois que ça ne lui réussit pas au teint. Je ne me teins pas en rousse parce que je vois que ça ne rend pas heureuse. Je me tiens debout parce que les icônes flanchent. 

Elles servent à ça les idoles ! 

Hier j’ai regardé le documentaire du NY Times sur Britney. C’est d’une violence. Bichette. Les journalistes lui parlent à l’antenne de sa poitrine, de sa première fois, de sa non capacité à gérer ses enfants. Son père la tient sous tutelle depuis 15 ans, son frère parle d’elle comme d’une sous merde. C’est un cauchemar. Ils la disent folle parce que c’est impensable de peut-être se dire que la boule a Z / les tatouages / l’alcool / les mecs / la fête / les larmes : c’est peut-être juste que la vie c’est fou et qu’on fait comme on peut. Comme on veut. 

Britney me manque parce qu’elle me faisait croire que je pouvais à 15 ans mâchouiller un crayon a papier en cours tout en ondulant mes mini hanches dans un string ficelle Snoopy tout en ayant mention très bien au bac. Elle me manque. 

Elle me donnait confiance en moi. Je marchais dans les couloirs du bahut en l’écoutant sur mon lecteur mp3 et entre deux rangées de casier j’oubliais mes bagues, mes lunettes, mon plâtre au bras, mon corset, mon nanisme. Je disait "OUPS I DID IT AGAIN" et je me sentais forte. 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Contact
Thèmes associés