Dans sa chronique, Agnès Hurstel évoque un nouveau terrorisme, l’éternuement intempestif.

Hier, devant moi dans la queue au supermarché, un quadragénaire du type HSBC-bleu marine-doudoune sans manche-scooter trois roues a éternué, quatre fois, PAS DANS SON COUDE. Sur sa droite comme ça par-dessus son épaule (atchoum), comme si c’était plus safe de pas balancer ses miasmes devant soi mais plutôt vers l’arrière, vers le reste du monde, les gueux. Chez HSBC on nous a dit de protéger les gens qui sont dans ton champs de vision, vers le futur, les clients, la reprise économique. Nous derrière on peut clamser.  

Ça m’a rendue ouf. J’étais cinq mètres derrière, pas tellement en risque, mais j’ai fait un bond géant jusqu’au rayon yaourts. J’avais envie de le taper HSBC pressé, de lui faire manger le terminal carte bleue tout dégoûtant sur lequel tout le monde, il a mis ses gros doigts bien cracra.  

Tout le monde était choqué, le caissier il était en PLS derrière son plexiglass, son masque et son mutisme.  

Y a encore six mois ça n’aurait posé aucun problème, ce atchoum maléfique. Je rappelle qu’on allait à l’école même qu’on mettait les enfants à la crèche pour qu’ils chopent plus vite les merdes et qu’on soit tranquilles après, qu’on fumait dans la même pièce que les femmes enceintes, qu’on ne s’était JAMAIS lavé les mains, vous saviez vous qu’il fallait laver au-dessus aussi ! qu’on mangeait TOUS dans le bol de cacahuètes au PMU du coin après les toilettes, après le nez, après le terminal carte bleue tout dégueu. 

On vivait libres sales et inconscients. Mais le monde a changé. Le nouveau terrorisme. Celui de demain, ne nécessite ni captagon, ni sang qui coule, ni Kalashnikov : TU TOUSSES… les gens fuient de trouille !

Peut-être doudoune sans manche scooter trois roues, il le sait très bien ça, peut-être il avait pas sa carte fidélité et il a fait cette feinte du quadruple éternuement pour qu’on le laisse partir au plus vite. 

Mais c’est révolutionnaire ! Faut dire à Castaner de mandater le professeur Raoult pour qu’il lui élabore une formule chimique démoniaque à base de bave de gens covidés. Histoire de fabriquer des grenades de dés-encerclement bien dégoulinantes ! 

Mais moi je vais faire pareil tiens, si demain je me fais emmerder dans la rue, mais les gars je leur tousse dessus direct. Tellement plus pratique que la bombe lacrymogène qu’on a transporté toute notre adolescence dans le métro, l’index posé sur la gâchette passé 23h30, sans jamais l’utiliser en fait. Là : c’est simple comme bonjour. "Bonjour !" en toussant (elle tousse).

Si demain je croise mon pire ennemi dans la rue, mais là, enfin, lui cracher dessus prend tout son sens ! C’est pas juste du mépris insultant, ce sont des miasmes de mort latente potentielle. La pire des menaces. Moi qui ne trouve jamais le bon mot clashant qui fait mal, je suis du genre à me refaire cent fois la dispute, mais huit jours trop tard, en coupant la coriandre. Eh ben, là, plus besoin de répartie… juste des glaires ! ça a tellement plus de panache ! J’ai le covid ! (elle tousse) recule !… Toussé… coulé ! 

Ça me rappelle qu’en des temps moins glorieux, la famille de ma grand-mère a échappé, un temps en tout cas, aux Allemands, enfin à la police française, en leur faisant croire que ma tante Françoise qui avait trois ans à l'époque, avait la varicelle. Ils sont repartis ces cons, parce qu’ils avaient trop peur d'être infectés. Et évidemment, quand ils sont revenus le lendemain, il n'y avait plus personne dans l’appart. Ahahah ! j’adore cette histoire. J’ai pas de vanne, voilà ! Bonne semaine ! 

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.