Ce week end vous le savez Michel Legrand est mort. Réveillant en nous la petite fille endormie. Rappelant ainsi à Daniel qu’un coeur battait sous ce cynisme de façade.

Comme pour tout le monde, bien sûr, à mes yeux, les musiques de Michel Legrand sont indissociables des films de Jacques Demy. 

Et non je ne vous ferai pas l’offense d’un jeu de mot sur leurs noms de famille, le deuil, la dignité, et mon contrat ici m’en empêchent. 

Mais Legrand et Demy : quelle belle paire ! 

Donc ce matin j’aimerais dire merci.

MERCI QUI ? MERCI JACQUES ET MICHEL ! 

Rarement on a vu collaboration plus réussie que ces deux là. A part peut-être Bernard et Bianca. Bigflo et Oli. Marlène Schiappa et Cyril Hanouna. 

Parce que Jacques et Michel arrivaient toujours à mélanger dans mon esprit d’enfant des émotions apparemment contradictoires. C’était mélancolique sous des chansons légères. C’était le drame sous les couleurs pastel. Et moi je trouve ça très beau d’aborder avec pudeur et humour les choses qui font pleurer. Et avec solennité les choses futiles. Je trouve ça beau. 

Quand j’étais petite, le week-end, j’allais souvent chez ma tante Françoise, je l’adorais parce qu’elle était un peu dingue, pas comme les adultes. Chez elle je regardais en boucle : Les demoiselles de Rochefort et Loft Story. Je crois que cette dichotomie explique l’adulte que je suis devenue. Mi-Arte mi-NRJ12. Mi-Catherine Deneuve mi-Stevie. Mi-joyeuse féerie mi-sexe dans le jacuzzi. Mi-peau d'âne mi-peau à tendance acnéique. 

Ça se voit dans tout. 

Dans mon style vestimentaire. Ce pull par exemple ce matin : on peut dire qu’il est couleur de la pleine lune, écarlate comme une nuit sans sommeil bercé par les turpitudes du lendemain du jour présent de l’existence. Ou bien on peut dire qu’il est rouge, comme une tomate. 

Maintenant que j’ai fini ma petite oraison funèbre. J’aimerais vous parler de mes rêves.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.