Les amis, lors de ma dernière chronique il y a maintenant 15 jours, je prônais en toute innocence, un retour à la mélancolie libre...

En gros Roberto, si par hasard vous avez loupé ma chronique... Je disais : Vive les larmes en terrasse, Vive Le Lexomil en public. Vive la dépression assumée. 

OUI MAIS NON ! C’est allé trop loin. STOP. 

L’impact de cette chronique a été hallucinant. Mondialement parlant j’entends. 

Dès le lendemain, j’ai vu des gens dans la rue pleurer. 

Et depuis 15 jours le monde va de plus en plus mal. Le froid est arrivé, L’heure a changé. Les mauvaises nouvelles pleuvent sur nos notifications. Les gens que je croise sont tous soit en arrêt maladie, soit en drama personnel, soit en burn out, soit, et c’est pire : en vacances de la Toussaint. 

Car vacances de la Toussaint = enfants non stop + beaux parents aux alentours + temps de chiottes + libido en berne + zéro confiance en soi + début de calvitie chez ton mari = burn out. 

CQFD Même Nagui ! Nagui ce chantre de la joie, Nagui n’est carrément plus là : apparemment totalement déprimé depuis 10 jours, il serait parti en retraite vipassana à Créteil… Pauvre homme. 

Bref c’est l’hiver, c’est l’angoisse. J’ai fait le calcul : il reste pile 5 mois de merde. 

Jusqu’à fin mars, il nous reste précisément 5 mois = 152 jours et 3650 minutes de tunnel de déprime, avant la perspective, je dis bien la perspective, d’un sourire, d’un rayon de soleil, d’une chaude giclée de monoï.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.