Alexis, fait partie des gens qui n’ont pas de chance... et c'est souvent le début de nombreuses aventures

Je sais que quand on me croise la première fois on se dit « ce gars là est un séducteur et un mec prévoyant, pas le genre de gars à oublier sa carte Monoprix ou à se faire avoir par la pluie » mais en fait non, ça c’est juste une façade, la beauté et le charisme n’ont rien à voir avec la chance. 

Hier j’étais chez moi, tranquille, en train de regarder le tennis quand je me suis dit « dis-donc Alex, y a un Picard en bas de chez toi, est-ce que tu descendrais pas chercher des cônes ? » Des cônes, des glaces en forme de cônes quoi…

Donc je me réponds « oui, très bonne idée Alex, allons acheter des cônes ». 

Je me lève, je prends 3 euros sur mon bureau – ils sont à 2,50€ les cônes chez Picard, mais on sait jamais, parfois ils augmentent les prix pis ils te préviennent pas par texto - les bougres - donc je prends 3 euros et je sors. Et là, au moment où la porte claque, j’ai comme un flash, je vois mes clés sur le bureau - et la porte est claquée. Donc je suis enfermé dehors. 

Je ne sais pas qui a inventé les portes qui se claquent toutes seules mais sur le moment je lui souhaite de se perdre dans un labyrinthe ou d’être invité à un concert de Zaz ; parce qu’il suffit d’une fois où tu laisses tes clés à l’intérieur pour annuler le bonheur quotidien que le fait de ne pas avoir à tourner la clé dans la serrure pour fermer en sortant t’as procuré pendant des années. 

Avant pour verrouiller les voitures on enfonçait le petit bitoniau avant de sortir et on n’avait plus qu’à claquer la porte pour la verrouiller. Sauf que les voitures, contrairement aux portes d’entrée, elles ont évolué. Aujourd’hui quand tu t’approches de ta voiture elle te reconnaît, elle ouvre ses rétroviseurs, elle cligne des phares – elle te fait la fête parce qu’elle t’aime. La porte d’entrée elle fait jamais ça, quand tu arrives avec toutes tes courses, tu crois qu’elle va faire un petit effort ?  

Mais ça c’est parce que les portes d’entrée, c’est pas un truc qui fascine les français, t’as pas un salon de la porte d’entrée à la Porte de Versailles, où ils viennent admirer par millions le dernier modèle de chez Lapeyre qu’ils pourront jamais se payer - attention, une parodie de chanson s’est glissée dans cette chronique - non, la porte d’entrée elle est là, presque ignorée, noyée dans la masse de références du rayon construction chez Leroy Merlin. 

Alors que la porte d’entrée c’est ce qu’on voit en premier quand on va chez quelqu’un. Mais les gens ils s’en foutent, ce qu’ils veulent c’est des toilettes suspendues pour cette petite adrénaline que procure l’impression de chier dans le vide - et surtout, des douches à l’italienne… pour ce que ça sert une douche… 

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.