La saison des tomates est finie... le début de la dépression pour Alexis

En terminant ma chronique sur mon vélo ce matin j’ai réalisé que ni Nagui ni Pierre Arditi n’étaient là cette semaine... du coup j’ai été pris d’une petite crise d’angoisse, j’me suis dis “merde, qui va me couper la parole aujourd’hui ?”

Il était en forme l’invité l'autre jour ! Imaginez si ça avait été mon premier jour sur Inter. Bah je s’rais jamais revenu. Et ça se dit de gauche...

Bon, désormais c’est pas que j’aime ça mais avec Nagui j’me suis habitué... alors n’hésitez pas, vraiment : interrompez-moi, ruinez mes vannes... on garde les bonnes habitudes, je compte sur vous !

Vous allez m’dire “oui mais nous on t’aime bien...” C’est pas l’débat - je sais qu’entre nous y a de la bienveillance et p’t’être même du respect mais faut penser à l’auditeur et l’auditeur il écoute l’émission parce qu’il aime Nagui, avec ses qualités et ses défauts.

Allez, chronique !

En ce moment je suis en dépression post-tomates. Y a plus de tomates, c’est fini. J’parle pas de la fausse tomate qui vient d’Espagne dans un camion qu’elle conduit elle-même, même si un peu de fausse tomate sur des coquillettes c’est mieux que rien, non, là j’parle des vraies tomates, celles qui poussent dans un vrai champ l’été en France parce qu’il fait chaud...

D’ailleurs la tomate c’est vraiment le produit dont le goût change le plus entre une vraie tomate et une tomate industrielle... les haricots verts tu t’en rends moins compte.

C’est dur ce qu il lui est arrivé à la tomate, elle a un peu perdu le gout de la vie. Elle rougit plus comme avant, on sent qu elle s'est endurcie. Même au Mexique, là où Hernan Cortez la découverte en mangeant un burrito, y a plus de vrais tomates.

Sans parler de la purée de tomate italienne qui vient souvent de Chine en réalité - c'est comme ça que la mafia blanchit l'argent sale. Techniquement je sais pas comment on blanchit de l'argent avec des tomates mais j'avais lu un article sur le sujet, dans Courrier International ou dans Popi, je sais plus.

Moi ça va me manquer, déjà qu’on avait plus de melons depuis 3 semaines. C'est un vrai marqueur temporel la fin des tomates, tu sais que tu ne vas plus aller au pain en claquettes avant un bon moment !

Définitivement la vie est mal faite : non seulement les jours raccourcissent mais en plus on perd en même temps les 2 aliments les plus simples à préparer : une bonne salade de tomates ou un melon au porto, ça marche toujours. Même les gosses aiment le melon au porto ! Et après ils font la sieste et ils font pas chier. Ça c’est des vacances !

Alors que la courge au porto, ils en veulent pas ! T’as beau dire “Eddy, tu manges ta courge sinon t’auras pas de café”, ils te tiennent tête !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.