Alexis a passé son été au camping, il a fait beaucoup de découvertes et il nous raconte !

Bonjour, bonjour aux auditeurs du vendredi !

Voilà, c’est reparti pour une saison de rigolade avec le souffre-douleur de l’émission, j’ai nommé moi-même.  

La semaine dernière j’ai reçu un SMS de Jean-Baptiste Bussière, le rédacteur en chef de l’émission qui m’a dit “ça te convient de continuer le vendredi?” - moi j’ai dit “à choisir, ça m’arrangerait de faire le mardi ou le mercredi” - il m’a répondu “Pas nous, tu continues les vendredis” - j’ai dit “ok, merci de m’avoir donné le choix!” 

Je suis sûr que tous les autres ont pu choisir, c’est pour ça qu’il y a eu des changements. J’aimerais bien comprendre en quoi mon humour est plus adapté au vendredi qu’aux autres jours de la semaine ? C’est le début du week-end, les gens sont moins exigeants? Ou y a moins d’auditeurs ? Non mais sérieux dites-le-moi si c’est ça, j’m’en fous j’ai pas d’égo !

Alors pour la reprise j’ai eu plusieurs idées de sujet : j’ai d’abord pensé à écrire une chronique sur l’enfoiré qui m’a volé mon vélo le long du Canal Saint-Martin début août, mais je ne sais pas qui c’est donc bon… Si ça se trouve c’est un mec très sympa. Y a forcément des voleurs sympas ! Et je pense que y a pas une activité dans le monde qui n’est pratiquée que par des cons. Pol Pot en privé, c’était un mec comme ça ! 

D’ailleurs ce voleur il a fait un truc assez rare : il m’a laissé un autre vélo tout pourri en échange. Si c’est pas la preuve que ce gars-là est un chic type je sais pas c’que c’est. C’était même pas un vol, c’était un troc en fait ! Je passe quand même le message on sait jamais : si vous voyez un vélo MBK cadre femme violet et rose avec mon nom marqué dessus au marqueur, bah c’est le mien. Oui c’est une habitude familiale d’écrire nos noms sur ce qui nous appartient. Quand je loue des skis je rajoute un LE devant Rossignol. 

Sinon cet été, j’ai fait du camping, en Haute-Loire. Alors je connaissais même pas l’existence de ce département avant d’y dormir. Et bah on y dort pas très bien. 

Déjà on a eu droit à l’accueil des parisiens qui arrivent à la campagne, tu sais cet accueil entre clichés, pitié et moquerie. « Ah vous venez de Paris, le stress, le bruit, la pollution… ici c’est le grand air, la nature… »

Tu parles, ça sent la chèvre, tous les 200 mètres y a des éoliennes qui font le bruit d’un A320 au décollage… la campagne française c’est Roissy sans les Duty-free. 

Après on a fait un deuxième camping dans le Vaucluse. Un camping 3 étoiles, le Alain Ducasse du camping ! Formule entrée plat sanitaire à 13 euros par tête. Moi à la base j’aime bien camper mais je suis plutôt camping sauvage, surtout depuis l’invention de la tente 2 secondes. Avec la tente 2 secondes, tu roules tu roules, t’attends que la nuit tombe, à un moment donné tu vois un chemin, tu t’arrêtes, tu lances la tente, le lendemain matin tu découvres le paysage, tu te rends compte que c’était confortable parce que t’as dormi sur des bouses de vache bien fraîches et bien molles, mais t’as vécu une expérience.

En camping privé, t’as moins de surprises. Par contre sociologiquement tu fais des découvertes : les hommes qui passent leur vie en slip de bain par exemple. Homo slipus campingus en latin. Matin, midi et soir, en slip. Notre voisin comme bagage il avait un sac banane avec 3 slips. J’lui ai dit ça fait peu quand même. Il m’a dit “J’ai pas besoin de plus, je reste qu’une semaine !”  

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.