La Saint-Valentin, c'est qu'une fête commerciale, on est tous d'accord ! Mais est-ce que ce serait pas l'occasion de mettre un peu de tendresse, bordel ? Alison Wheeler remonte le fil de l'histoire et vous explique pourquoi finalement, on s'en sort bien avec une boîte de chocolat ou un bouquet de fleurs.

Est-ce que tout le monde a bien fait sa résa au Flunch pour ce soir ? Parce que va y avoir légumes à volonté, si vous voyez ce que je veux dire ! Vous l’aurez compris c’est la Saint Valentin ! Alors, je vais mettre les pieds dans le plat, au risque de me mettre à dos les lobbies des fleuristes, des bijoutiers et du latex ...

Oui, la Saint-Valentin est une fête commerciale. On est bien d’accord. Et alors ? J’ai envie de vous dire “Où est le problème”? C’est pas une raison pour pas faire d’effort. Ça te coûte rien d’arracher une fleur d’un rond point, de m’imprimer les paroles de Lara Fabian sur une carte avec un pshiit de Scorpio ? Un peu de magie, merde !

D’ailleurs, la Saint-Valentin n’est pas qu’une fête commerciale, c’est une tradition bien plus ancienne.

Historiquement, la Saint-Valentin a été inventée pour faire cesser les traditions païennes des Lupercales, des fêtes célébrées par les romains, où l’on avait l'habitude de fouetter les femmes en pleine rue avec des peaux de boucs pour les rendre plus fertiles. Ce qu’on appellerait aujourd’hui des "BertrandCantale" ou du "Cheb-Maming".

Des peaux de bouc parce que dans les mythologies, les divinités mi-homme mi-bouc sont symboles de fertilité. Faunnus Lupercus chez les Romains, Pan chez les Grecs, ou Manuel Valls chez les socialistes.

Mais alors pourquoi tapaient-ils sur les femmes ? Haha ! Et bien parce qu’il avaient pas de bambous pardi ! Non, c’est surtout qu’à l’époque, c’était le sport numéro 1 car les mythologies font souvent référence à des dieux mi-animal, mi-sogyne. 

C’est le Pape Gélase 1er, qui mit fin à cette tradition en décrétant que le 14 Février serait dédié au culte de Saint-Valentin, un moine décapité deux siècles plus tôt. Moi, j’ai envie de dire : Merci Gélase 1er ! C’est vachement plus sympa de recevoir une boite de chocolats qu’un coup de fouet. Même au visage. 

Et là je pense à mon mec qui dit que la Saint-Valentin ça coûte un bras, alors qu’à Valentin ça lui a coûté sa tête. 

J’aime trop mon mec qui se découvre une conscience anti-capitaliste pour la Saint-Valentin. Le genre de Karl Marx d’un soir, le poing levé d’un côté, de l’autre la ptite main qui zappe discretoss sur Bein Sport pour mater PSG-Réal. Hey ! Tu crois que j’tai pas grillé !? Ton maillot du PSG il t’a coûté plus cher que le mien chez Bodyminute. 

Alors ok, on fait un deal : on regarde le match ensemble, mais je te préviens, à la mi-temps tu vas jouer ta saison, mon gars !

Non en vrai, on ne devrait pas autant se mettre autant de pression pour la Saint-Valentin. La Saint Valentin ne m’imposera pas ses règles ! L’inverse étant plus probable. La vérité c’est que pour célébrer l’amour, chacun fait comme il le veut. Tu peux sortir le grand jeu, faire une demande en mariage avec un orchestre symphonique, ou demander le divorce sur du JUL.

Opter pour un diner en tête à tête, ou un repas en famille comme Christine Boutin. Jouer la carte de la surprise : l’attendre nu sur les galets, façon Cabrel, tu peux attendre Mathieu Gallet sur du Cabrel. Dire à ton plan cul que tu veux qu’il devienne ton plan cœur. 

Et si tu es seul et que tu penses que tu finiras mort dans ton appartement bouffé par tes chats aveugles. Dis toi… dis toi… ben que c’est rien qu’une fête commerciale. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.