Fanny avait promis de ne pas parler de cette fille géniale qu'elle a rencontré... et pourtant...

SALUT LES VIEUX. 

Faut que je vous raconte. J’ai rencontré une fille super chouette. On se voit régulièrement, on se file des albums à écouter, des bouquins à lire et tout. Elle est assez intéressée par la façon dont le cerveau perçoit les sensations, les odeurs et tout. 

Donc je lui ai offert le roman de Patrick Süskind « Le Parfum » en lui disant « ouais, ça m’a fait penser à toi ». 

Elle a fait une tête bizarre et depuis elle me répond plus trop mais… Je suppose que c’est parce qu’elle lit. 

Bon, ça fait trois semaines et le livre est tout petit, mais bon… Peut-être qu’elle lit lentement. 

Non vraiment, c’est cool. Elle est chouette, on fait plein de trucs ensemble, on est allées voir le spectacle de Guillermo Guiz, par exemple. 

C’est ce que je fais quand une fille me plait mais que je ne sais pas si elle est hétéro ou quoi. Je l’emmène voir Guiz, on boit un verre tous ensemble après le show et si à la fin elle ne rentre pas avec lui, c’est qu’elle est pas hétéro. 

Elle est pas rentrée avec lui. 

J’étais trop contente, trop emballée, « Enfin une qui reste ». Je nous imaginais déjà faire des tours du pâté de maison en se tenant la main. 

Et puis elle a dit un truc qui m’a refroidi. On plaisantait sur un truc puis elle a dit « Ah mais attends, je veux pas me retrouver dans une de tes chroniques ». 

Et, faut pas me faire ça hein. Je respecte, évidemment. Je lui ai directement dit « Nan t’inquiète Céline, je te promets », mais c’est l’angoisse hein. 

J’ai deux à trois chroniques à écrire par semaine, je n’ai pas le temps de m’investir dans des relations dont je ne peux pas parler ici hein. Le reste de ma vie n’est pas du tout assez intéressant pour compenser. Le truc le plus cocasse qu’il m’est arrivé cette semaine, c’est quand j’ai commandé un café dans une échoppe et qu’il était dégueulasse, qu’il avait un goût d’eau et de produit parce que le serveur n’a pas vu que quand il me préparait mon café, la machine était en phase de phase de rinçage. Donc j’ai réagi, évidemment. Je lui ai dit « merci » et j’ai tout bu. 

J’ai pas les épaules pour gérer une discussion conflictuelle. Bref, ma vie est pas assez folle, je peux pas me permettre de ne pas parler de mes crush en fait.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.