Dans cette chronique, Fanny Ruwet se pose une question : pourquoi célébrer la famille de Nazareth alors qu’on peut fêter celle de Céline Dion ?

J’aime pas cette période de fin d’année. Ça me saoule. Je suis au bout du rouleau, mes chroniques c’est n’importe quoi, je commence à mettre des jeux de mots dedans. Horrible. 

Cette année c’est le bordel. Noël va ressembler à rien donc avec Morgane on a réfléchi. Hier soir, on faisait une soirée pyjama ciseaux et on s’est dit plutôt que de faire un calendrier de l’Avent, pourquoi on ne ferait pas un calendrier de l’Après. Qui irait du 25 décembre au 25 janvier. Alors, ça vend pas du rêve parce que janvier c’est nul, c’est déprimant, c’est trop long, on dirait un film des frères Dardenne. 

Mais grâce au calendrier de l’après, on fera de janvier un mois de fête jusqu’à la date sacrée du 25 janvier. Date à laquelle on fête la naissance de notre messie. Ce jeune homme aux longs cheveux, fils d’une sainte et d’un vieil homme, clairement fruit d’une immaculée conception : René Charles Angélil. Le fils de Céline Dion, né le 25 janvier 2001. 

Donc festoyons. Pourquoi célébrer la famille de Nazareth alors qu’on peut fêter celle de Céline Dion ? On remplacerait les chansons de Noël par des chansons de Céline Dion. Même si concrètement, toutes les chansons de Céline sont des chansons de Noël. Tu peux refaire toute la Bible avec des histoires de Céline Dion hein !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés