Cette semaine, Fanny a écrit sa chronique à l’hôtel, sauf que dans sa chambre il y avait un bureau, mais pas de chaise…

L’autre jour, j’étais sur mon ordinateur en train de réfléchir à quelle idée de génie j’allais bien pouvoir développer dans ma chronique. 

Et j’ai reçu un message d’un copain, qui m’envoyait un lien vers un site qui s’appelle Netflix Hangout et qui permet de regarder Netflix en faisant semblant d’être en en pleine conférence vidéo. Et ça m’a fasciné. Parce que ça veut dire que quelqu’un quelque part avait tellement la flemme de travailler, qu’il a pris des heures pour développer une extension qui permet de regarder Netflix discrètement au travail. C’est ouf. 

On est devenus vraiment efficaces dans l’art de ne pas être efficaces.

On pourrait tous être comme Nagui. Et tout faire bien. Nagui, chaque jour il a 12 émissions à animer, 18 enfants à éduquer, 6 chroniqueurs à interrompre et malgré ça, il a une vie saine et n’oublie jamais les paroles. Il est efficace, Nagui. Mais les simples mortels comme nous, on passe plus de temps à dire qu’on doit faire un truc qu’à le faire vraiment. On trouve des excuses tout le temps. Hier j’avais une journée off à Paris, donc plein de gens m’ont proposé des trucs. Leila m’a dit « viens on va faire des courses de monster trucks, Nagui est en vacances donc on peut utiliser son circuit ».

J’ai tout refusé, j’étais là « Non, je dois travailler, je dois écrire ma chronique et tout ». J’ai réalisé que je ne pouvais pas bosser dans ma chambre d’hôtel, parce y avait pas de chaise. Y avait un bureau mais pas de chaise. 

Comment voulez-vous que je travaille à un bureau s’il n’y a pas de chaise ? C’est vraiment une excuse très nulle pour ne pas travailler, mais je m’en fous, arrêtez d’ouvrir des hôtels et d’y mettre des bureaux si c’est pour ne pas y mettre de chaise, putain. 

Ça m’a donné envie de crever dans une blague de Guillermo Guiz. J’aurais pu travailler sur le lit, en soi. Ou même par terre, si c’était si urgent. Mais non, je me disais « je dois vraiment être dans des conditions optimales pour travailler, c’est important ». 

Donc j’ai passé 3h à tenter de trouver un café un peu cosy autour de Pigalle. Mais y’avait rien, tout ce qu’il y a à Pigalle, ce sont des sexshops. Et je suis sûre que j’y aurais trouvé pas mal de trucs sur lesquels s’asseoir, mais moi je voulais une chaise.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.