Dans cette chronique, Fanny Ruwet nous parle d'un nouveau jeu qu'elle a inventé : le jeu "épitaphe".

Les amis, on va tous crever. Allez à la semaine prochaine ! 

On va tous crever. Je sais que je suis censée venir ici et vous faire rire mais rire ne changera rien : on va tous crever. 

Que ce soit en chopant le Covid ou en essayant de l’éviter. Pas léviter genre dans l’air hein. Quoi que ça aussi, c’est dangereux, et on pourrait tomber et en mourir. Mais non, je vous le dis, on va potentiellement mourir en essayant d’éviter le Covid. 

Avant, je pensais qu’il n’y avait rien de plus dangereux que les automobilistes à Paris. Puis j’ai découvert les automobilistes à Paris à 20h50 quand il y a couvre-feu à 21h. C’est mort, on va y passer là. C’est pour bientôt. 

Vous voyez quand on joue à « titre » et qu’on dit « titre » quand la phrase d’avant pourrait être un nom de sextape. Par exemple : « Olala Daniel tu es vraiment quelqu’un de profond » —> Titre. 

Bah moi je trouve qu’on devrait changer le jeu et jouer à épitaphe. On dit « Epitaphe » à chaque fois que quelqu’un dit une phrase qui pourrait être écrite sur notre tombe. Ça serait beaucoup plus pertinent que "Titre" parce que clairement, cette année, on a clairement plus de chance de crever que de faire une sextape. 

Moi la semaine dernière, j’ai cru que j’avais le Covid. Pendant plusieurs jours, j’étais pas bien, j’avais des migraines, je dormais genre 12 à 15h par jour. Donc j’étais sûre que c’était le covid. J’ai annulé une date ce week-end, j’ai annulé ma chronique de lundi en Belgique et puis j’ai reçu mes résultats et fausse alerte, - c’était juste un gros dodo (épitaphe).

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés