Fanny est très déçue de ces vacances, elle nous dit pourquoi

SALUT LES VIEUX.

Tellement heureuse de vous voir. Vous m’avez manqué. 

Vous m’avez tellement manqué que je me suis fait des chaussettes Nagui.Clairement, j’avais trop de temps libre. Et trop d’argent. 

Chaque fois que tu m’interrompras pendant une chronique, je découperai une de tes têtes. Du coup j’ai commandé une dizaine de paires.

Bienvenue Maia. Bienvenue Morgane : la nouvelle Tom Villa, si j’ai bien compris. Sauf qu’elle ressemble moins à Jeff Panacloc. Plus à la marionnette. En drôle. Et avec plus de poils.

Je suis contente d’être de retour ici avec vous. Par contre, pas du tout d’accord avec le fait que ça soit la rentrée. Normalement la rentrée ça suit les vacances. Là, c’était pas des vacances. 

Parce que normalement les vacances, c’est la tranquillité d’esprit. C’est se foutre du lendemain. C’est rentrer à 5h du matin ivre mort. Se dire « mmh peut-être je vais vomir », donc prendre un saladier à côté du lit. Vomir dedans. Et réaliser le lendemain matin que c’était pas un saladier, c’était une passoire. 

C’est ça les vacances. C’est pas tellement partir loin, c’est juste être tranquille. Les vacances, c’est l’absence de règles. La ménopause mais en moins définitif. Les vacances, c’est l’insouciance.

Mais pas cette année. Cette année, on pouvait pas. Même quand on faisait un truc aussi bête que sortir de chez soi ou voir des copains, même en se protégeant, il y avait toujours un risque. Le covid c’est la MST des gens qui baisent pas. Enfin une à ma portée.

Pendant cet été, on n’avait jamais l’esprit tranquille. L’été 2020, c’est l’année des larmes. Pas tellement par tristesse mais parce qu’on ne peut même plus bouffer un bonbon à la menthe sans que ça fasse tunnel avec le masque et qu’on pleure. 

Cet été on a du tirer un trait sur la spontanéité. Fini les rencontres fortuites à la terrasse des cafés. Un gars ou un meuf un peu stylé qui m’aborde avec un très sexy « hey, t’es aussi chaude et plate que ta bière ». Ça me fait toujours beaucoup d’effet. Après, je suis tellement trempée, faut me mettre dans du riz. Alors on se dragouille, on se rapproche, on refait le monde. Je lui montre mes chaussettes.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.