Fred a travaillé au SAMU social et il a de quoi dire sur le sujet...

Vous le savez bien Leïla, vu que je vous le dis à chaque fois que vous me demandez pourquoi j'aime déjeuner avec Albert Algoud et Daniel Morin : j'ai travaillé dans le social !

Au SAMU social plus exactement ! 

Le SAMU social, ce service d’hébergement qui fait aux sans-abris ce que les monstres font à vos encombrants une fois par mois : faire disparaître ce qui vous gêne !

Alors attention, en vous disant ça Leïla, je ne tiens pas à montrer comme il est de si bon ton de le faire sur cette antenne, à quel point je suis un type bien ! Qui ne mange plus que des légumes bio ! Qui vote à gauche! Dénonce les violences faites aux femmes, la manière dont on traite les migrants, un poing levé et un tract de son spectacle dans l'autre main ! 

Non je ne suis pas dans l’émission de Charline et je vais être très honnête avec vous !

A la base quand j'ai bossé au SAMU social de Paris c’était pour gagner ma vie ! 

D’ailleurs on ne va pas se mentir, c’est précisément ce que je continue à faire autour de cette table! J’aimerais pouvoir vous dire que le fait d’écrire 200 chroniques humoristiques par an qui traitent l’actualité du pays, me comblent à tel point que je pourrais le faire gratuitement ! 

Que le simple fait de partager le même vestiaire que Daniel suffit à m’emplir de fierté !

Mais la vérité, c’est que non…j’ai besoin de thune ! 

Dès l’instant où je suis plus payé pour être là… Allez manger vos morts, moi je connais plus personne !

Donc quand j’ai rejoint le 115, c’était pour me payer des cours de théâtre privé qui me coûtaient 250 euros par mois, afin d'avoir la chance de réaliser le rêve ultime du comédien provincialo-banlieusard que j’étais : jouer un dealer dans Julie Lescaut ! 

Oui, je sais, c’est un rêve Leader Price !

Mais je reste persuadé que le meilleur moyen de réaliser ses rêves, c'est d'avoir des rêves qui ne volent pas haut !

Moi mon rêve, c’est pas de remplir l’Olympia… le Point Virgule un lundi 19h moi, ça me va…

Donc quand j'ai intégré les services du 115 pour répondre au téléphone, je l'ai fait avec la même motivation que quand Karim intègre la plateforme téléphonique de Free se fait rebaptiser Christophe !

Très vite, je me suis rendu compte que le SAMU social était finalement moins là pour héberger les sans-abris que pour donner l’impression qu’on hébergeait les sans-abris !

Parce qu’il n’y a pas de place !

Cherchez pas, il n’y a pas de place à Paris !

Niveau logement, il y a des couples, ils débarquent avec 5000 euros d’apport, 12 garants, des échantillons d’urine et une lettre du Pape, ils ne trouvent pas ! Donc t’as de la barbe, des poux et tu sens le pipi… clairement t’es pas en tête des priorités de la ville de Paris !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Contact
Thèmes associés
(Ré)écouter La drôle d’humeur de Frédérick Sigrist
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.