Ce matin, Gérémy remplace Guillermo et il va jusqu’à écrire une chronique à sa manière !

Bonjour à tous les gens de talents autour de cette table et bonjour Nagui.  

Je sais qu’à l’autre bout des ondes tu attends Guillermo Guiz et sans prévenir Paf ! on te balance Gérémy Crédeville. Ça surprend, comme la fois où ma mère m’a dit « Mauvais trou ! Mauvais trou ! » Quoi j’ai pas le droit de jouer au golf avec ma mère?

Puis tu sais des fois sur le menu ça paraît pas bon puis au final tu te régales. Sauf les tripes, tu sais que c’est dégueulasse et quand t’en manges, oh ! C’est dégueulasse.

En parlant de truc dégueulasse moi je sais pourquoi Guillermo Guiz est absent ce matin. 

C’est vraiment dégueulasse ! Je sais pas si on va le revoir un jour… Bon en hommage, je vous propose une chronique à la manière de Guillermo Guiz. Ohhhhh ! Quoi? Mais il est fou ! Épouse moi putain ! Oh ! Faut vous calmez là hein ! 

Je l’avais déjà fait en mars 2018. Oui je radote mais tous les ans y a le Téléthon et on fait pas chier les myopathes.

Je vous rappelle la recette d’une chronique à la Ernesto : une diction plus qu’approximative, même plus approximative que la mienne, je l’ai déjà vu dialoguer avec un dindon et le dindon semblait comprendre.

Une envie de crever dans un objet quelconque : un lave vaisselle, un humérus, Daniel Guichard.

Un Ernesto fils de tout sauf d’une prostituée.  

Un accent qui plaît aux pauvres avec des mots comme week-ent ou ouit.

Une voix qui part dans les aigües, une partie de chronique sur sa teub et un t-shirt aussi lâche que lui.

Allez c’est parti ! 

Ça va les amigos?!

Moi ça va pas du tout, je suis malat. Je suis malat c’est pour ça que j’ai pas pu venir ce matin et pas malat à cause d’une soirée de défonce…J’aurais  bien voulu venir à ta soirée téquila-rostbeef-poppers Leïla mais comme je te disais depuis mon GSM 15h c’est quand même un peu tôt pour mes narines.

Moi hier soir à ouit heures, j’étais dans mon lit avec un spritz verveine et je me détendais devant un documentaires sur les phacochères, j’ai vu une ex. Elle avait refait sa vie et tout, elle avait comme 9 marcassins des potes suricates des louboutins. Elle partait en week-ent’ à la Baule.

Et moi je regardais ça avec ma verveine et ma demi molle.

Je te jure ! Ça m’a donné envie d’crever dans un postillon d’Alain Jupé.

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.