Aujourd'hui pour sa drôle d'humeur, Gérémy Crédeville laisse une chance à tous ceux qui se trompent...

Bonsoir à tous, oui je dis bonsoir parce que quelque part dans le monde c’est la nuit et peut-être qu’un insomniaque chinois écoute cette chronique, je te la dédie Xiao Fong. C’est la troisième semaine de la saison et je suis toujours là. Et ça je crois que je le dois au directeur des programmes qui s’est dit « j’ai le droit à l’erreur ».

Moi je trouve ça beau, avoir le droit à l’erreur, c’est souvent ce qu’on dit de nos exs d’ailleurs. 

« Putain elle était moche » 

« ooooh j’étais jeune »

« Oh la blonde aussi juste à coté elle est moche » 

« Non mais ça c’est moi j’avais les cheveux longs... » 

Aujourd’hui tout le monde pointe du doigt la moindre petite erreur et la relaie sur les réseaux sociaux même si le mec dit « pardon je m’est trompé. » Et bien moi je propose un truc, si ta première intention est bonne, tu devrais avoir le droit à l’erreur, la première intention de Nagui dans cette émission est de vouloir poser des questions courtes et pertinentes. Laissons une chance aux gens qui se trompent.

Et n’y voyez pas de message subliminal. Si je prends un exemple avec vous Niels Arestrup, contrairement au malpoli dont on parlait tout à l’heure, je trouve que vous avez un nom très intelligent pour la profession que vous exercez, parce que les gens pourront dire « oh mais si cet acteur là Niels Arestruc là » et bien l’interlocuteur en face verra très bien qui vous êtes Niels.

Moi si les gens disent « oh mais si ce comédien là Gérémy Crétruc là » et bien les gens ne sauront pas qui je suis, je dirais même que s’ils disaient « mais si, Gérémy Crédetruc là » ils ne sauraient toujours pas qui je suis. Et je dirais même que s’ils disaient « mais si Gérémy Crédeville là » et bien ils ne sauraient toujours pas qui je suis...

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.