Ce matin, Gérémy se met dans la peau d'Alexis Le Rossignol !

Les amis nous sommes vendredi. Ah ben il est joli ce haïku.

Vendredi, jour de chronique d’Alexis Le Rossignol. Mais si le mec qui est passé il y a une heure. Souvent vous l’entendez après que Nagui ait dit « voici Alexis le Rossignol ! ».

Pour ne pas perturber nos auditeurs dans leurs habitudes j’ai décidé de faire cette chronique à la manière d’Alexis le Rossignol. Sauf que je savais pas qu’il serait là. Du coup c’est gênant, du coup j’ai réussi.

Pour les néophytes, une chronique à la Alexis le Rossignol c’est quoi ? C’est d’abord des interruptions constantes de la part de toute l’équipe voire des gens du public.

C’est 5 minutes sur un sujet plutôt banal mais traité finement, avec un angle,  une poétique naïveté et disons-le : du malaise.

C’est également des références à la gastronomie, à son salaire ou aux roulés de jambon.

C’est aussi une vraie info qui se termine par « vous le saviez ça ? »

Et c’est enfin un dicton africain, un m’sieur dames, l’orange Bloch, un style vestimentaire approximatif, une chute avec le mot « voilà » et surtout, du rythme.

Maintenant que vous avez la recette, voici la chronique de Gérémy Le Rossignol !

Bonjour ça va bien vous allez bien? Il m’est arrivé un truc la semaine dernière, en vacances, j’ai attrapé la crève et un coup de soleil en même temps.

Vous avez bien entendu m’sieur dames, la crève et un coup de soleil en même temps.

C’était pas au ski, au ski j’avais mis de la crème solaire sur mon nez sans l’étaler, ben les gamins ont pris ça pour une piste. Et ils skiaient mieux que moi.

Pour attraper la crève et un coup de soleil c’est simple, j’étais au soleil très peu vêtu sur un bateau qui allait vite. Quand je dis très peu vêtu j’avais quand même un bermuda. Non parce qu’on pourrait penser que j’étais nu alors que pas du tout, puisque j’avais un bermuda. Et qu’un bermuda ça couvre plus le corps qu’un short par exemple, ou qu’un slip.

Le bermuda ça nous vient des militaires britanniques de la Navy qui au début du XIXè étaient stationnés aux Bermudes. Ils se plaignaient de la chaleur et leur hiérarchie leur a accordé le droit de couper leur pantalon au dessus du genou. Vous le saviez ça ?

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.