Aujourd'hui dans la bande originale, Gérémy Crédeville décrypte les causes de mortalité au boulot. En troisième position : le meurtre...

Et c’est là qu’il me dit « merde la gouttière ! » Ahahahahahah oui ben écoutez le rédac chef de l’émission m’a dit de faire court parce qu’on a des lives alors j’ai coupé tout le début de ma chronique.

Bon petite question pour se mettre dans l’ambiance quelle est la troisième cause de mortalité au boulot ? Je vous le dis vite parce que j’ai pas le temps : Les meurtres. Et oui certains prennent à la lettre l’expression se tuer au travail. L’origine du mot travail c’est tripalium un instrument de torture, à ne pas confondre avec tripes à Lyon qui veut dire « mange pas ça c’est dégueulasse ».

C’est un article du journal le matin datant du 12 septembre qui m’a appris que le meurtre était la troisième cause de mortalité au boulot. Journal que j’ai lu d’ailleurs le soir du 15 septembre, on est pas obligé d’être le matin du 12 septembre pour lire un article du matin du 12 septembre. Après tout y a des provinciaux qui lisent le Parisien et des gens seuls qui lisent l’équipe. Mais à l’approche de midi revenons au matin.

Les meurtres ne sont qu’à la troisième marche du podium des causes de mortalité au bureau puisque tout le monde ne travaille pas avec Nagui. À voir les tronches de Tom, Daniel et Leïla ça sent la fin de vie. Alors comment tue-t-on ses collègues nous demande l’article. Et bien en majorité avec une arme à feu, mais aussi avec une arme blanche grâce à laquelle vous pourrez poignarder, couper, trancher, ou encore percer Sylvie de la compta. Sylvie qui vous aura dit « à l’année prochaine » un 28 décembre. Elle méritait de crever. 

On se fait donc buter plus qu’on ne le croit dans le monde du travail et tout ça peut aller très vite puisque désormais pour trouver un travail il suffit de traverser la rue...

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.