Gérémy Crédeville aborde deux sujets ce matin qui ne lui semblent pas appropriée aux enfants...

Salut les gens qui travaillent dur pour devenir quelqu’un, et salut Nagui ! Message aux personnes munies d’enfants à proximité, éloignez les de la radio quelques minutes. Je répète, éloignez les enfants de la radio quelques minutes sinon le médiateur de Radio France va encore devoir répondre à des plaintes et il aimerait bien partir en vacances en août. Non parce que là il vient de terminer de répondre aux réclamations du 22 mars quand j’avais remplacé Guillermo Guiz. Mais si ! Vous savez ce Belge bègue un peu sale. Et je m’étais permis quelques alexandrins sur une partie du corps qui n’est pas très développée chez Morin. 

Bref, à l’heure où je vous parle de pénis aussi petit soit-il, ça fait 3h30 que des centaines de milliers de lycéens planchent sur une épreuve de philosophie. Et comme le disait Platon, « Ce n’est pas en me citant que tu vas impressionner ton correcteur ». Il y a plein de mythes autour de l’épreuve de philo, notamment sur le fameux sujet « Qu’est-ce que l’audace ? » et le mec répond « L’audace c’est ça. » 20/20. Ou vingT sur vingT, comme on dit chez moi.

Un autre mythe serait que les profs de philo noteraient au pif et celui-là, j’y crois plus. Les mecs ont autre chose à foutre que de lire du torchis sur copies doubles. Un lycéen en 4h, ça peut écrire beaucoup de conneries. « Euh, l’existence ne se meut-elle que de désir ? » « D’t’façon, j’me suis pas inscrit sur parcoursup, je nique le système. Anarchiiiie !! ». Y a aussi un mythe qui dit que la philosophie sert à quelque chose. Moi, mon prof de philo faisait tellement de la masturbation intellectuelle que parfois il mouchait du sperme. Et là vous commencez à comprendre pourquoi j’avais demandé d’éloigner vos chiards. La seule fois où j’ai eu une bonne note en philo, c’est quand je jouais aux mots à placer. C’est hyper bidon, avec un pote tu fais une liste de 10 mots et tu dois tous les placer dans ta copie de philo de façon tondeuse. Mais oublions la philosophie et oublions le bac qui est aussi utile que de l’eau chez Leïla qui n’a de sobre que la tenue.

Je veux vous parler aujourd’hui d’un sujet qui me tiens à cœur et dont le rédacteur en chef de l’émission ne cesse de me parler : the vulva projet. Le projet vulve. À une lettre près ça fait valve. Du coup, à une lettre près tu peux souffler dedans. C’est rigolo. Je rappelle que les parents ont été prévenus. Sur son compte Instagram baptisé the vulva gallery, une artiste hollandaise dessine des teuchs. Et à l’image de la chanson le zizi, y en a de toutes les formes, de toutes les tailles, de toutes les pilosités. J’ai même cru reconnaître une collègue dont je tairai le nom. Je peux juste dire qu’elle est suisse, qu’elle jouera au Spotlight de Lille les 22 et 23 juin et qu’elle a parlé de la relation à son vagin la semaine dernière à ce micro, micro qui visiblement n’a pas été nettoyé depuis.

Bref, l’artiste Hilde Atalanta réalise ces dessins pour réconcilier les femmes avec leur vulve. Et on le sait tous, se réconcilier avec une femme c’est compliqué, parce qu’il faut se rappeler pour quelles conneries elle fait la gueule. Et ça doit être encore plus compliqué de réconcilier les femmes avec leur vulve puisque les vulves sont incapables de s’excuser ou d’offrir un bouquet de fleurs. Et là j’en profite pour embrasser bien fort le médiateur de Radio France, Big up mec, c’est maintenant que ça se complique. À la rigueur, une vulve, ça peut faire ces sons là (pffff, pbbbbbb, prrrrr). Mais ça ne peut pas articuler correctement le mot pardon. Par contre, ça peut projeter des balles de pingpong à plusieurs mètres surtout si la vulve est thaïlandaise. Quand j’ai regardé les dessins de Hilde Atalanta j’ai tout de suite pensé à la campagne de pub sur les fruits et légumes moches. C’est pas parce qu’un fruit est moche qu’il n’est pas comestible. Et je ne ferai aucun parallèle avec les très jolis abricots qui ont parfois un goût douteux. Non je ne le ferai pas. En fait, l’artiste a voulu dessiner cet organe féminin dans toute sa diversité suite à la recrudescence du nombre de chirurgie des lèvres chez les femmes. 

Non mais ça et le blanchiment d’anus, je ne comprends pas. Mesdames, à la rigueur si vous voulez vous faire blanchir quelque chose, choisissez les dents ! En tout cas je suis certain qu’on n’est jamais aussi beau que quand on n’en a rien à foutre. Alors je soutiens le projet vulve, venant du Nord je suis très moule. En y repensant je me dis même que j’ai peut-être loupé la création d’un projet similaire pour les hommes parce qu’il y a 15 ans, je dessinais déjà des bites sur mes copies de philo. C’est bon les enfants, vous pouvez revenir ! 

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.