En théorie, en Belgique, les salons de coiffure ne rouvriront qu'à partir du 1er février. Guillermo Guiz pense que bientôt, les belges vont débarquer en France pour faire du tourisme capillaire... Vous imaginez ? "Paris, sa Tour Eiffel, ses bateaux-mouches, ses fers à friser..."

Ca va les amigos ?

Moi j’ai un bon cheveu, on me le dit toujours chez le coiffeur, et c’est vrai, c’est pas pour tirer la couverture à moi, mais combien de fois je ne me fais pas arrêter dans la rue par des fabricants de perruques, ils me font : « Ernesto, si tu rases, j’achète ! », je suis là : « C’est pas une question d’argent ! ». C’est vrai, non, qu’ils aillent en Inde, comme tout le monde !

Donc je vais parler de cheveux ce matin, et c’est pas contre vous Daniel, ne le prenez pas personnellement, j’ai vu des photos de vous il y a encore quoi, dix, douze ans, tu te dis : « Putain, c’est Michel Berger ! », à l’époque, Daniel, ah ben ça y allait sur les bigoudis !

Et je ne me moque pas, qui suis-je pour juger votre période quand vous étiez crépu ?

Je n’ai aucune leçon à donner en matière de cheveux moi. Moi… J’ai eu une coupe mulet pendant tellement longtemps, sans que personne ne me force, j’arrivais chez le coiffeur, il me faisait : « Nuque longue, 13 cm ? », je faisais : « My man ! ».

Dans ma vie j’ai eu des coupes, c’étaient des krachs boursiers, parfois les gens me demandent : « T’as connu Paul le Poulpe ? », je fais : « Ouais, je l’ai eu sur ma tête pendant six ans et demi ».

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés