Guillermo Guiz se sent un peut tout nu quand il va sur les réseaux sociaux. Tout le monde a des certitudes sur tout. Et pas lui. Et il aimerait bien bousculer tout ça.

Alors vous me connaissez, je suis un garçon simple. C’est vrai... à la Noël j’ai reçu du riz. C’est des trucs sans prétention. J’aime le bruit de l’urine... quand elle heurte le fond d’une cuvette. Je demande pas la mer mais là j’ai un nouvel objectif dans la vie les amis. 

« Quoi, réussir une chronique correcte ? Mais tu es complètement inconscient, Ernesto, fixe-toi des paliers que tu peux atteindre, commence par engager un auteur ou mieux, un orthophoniste ! »

Non, non, pas du tout bande de vils taquins ! Mon nouvel objectif dans la vie, c’est d’écrire un statut Facebook bien racoleur, style : « Les politiciens sont tous des menteurs dans leur tour d’Ivoire où ils nous volent en sus de leurs comportements sodomites constants ». Et là attendre les commentaires genre...  « tellement vrai ! Enfin un humoriste engagé qui ose dire les choses ». Et puis modifier complètement mon statut Facebook et écrire « L’Etat islamique est la solution à nos problèmes », avec les commentaires « Tellement vrai » qui restent en-dessous.

Juste pour déstabiliser deux secondes les gens dans leurs certitudes. Parce que j’en peux plus là, des certitudes, ça me donne envie de crever dans une niche de chien. Je me sens tout nul quand je vais sur les réseaux sociaux. J’ai jamais d’avis tranché sur rien et les gens ils ont des avis tranchés sur tout. Comment ils font pour avoir autant d’expertise, et moi si peu? 

Qu’on me comprenne bien : je sais que j’ai régressé intellectuellement depuis que je suis dans cette émission. Ben oui forcément, c’est pas en parlant bagnole et viande crue toutes les semaines avec Leila Kaddour-Boudadi que je vais rentrer à l’Académie française. Sans compter les ravages des soi-disant vitamines en poudre que Nagui m’oblige à prendre dans son bureau. Et je critique pas hein, patron, vos prix c’est les prix du marché. En plus j’ai pas besoin d’attendre deux heures un dealer, je crache pas dans la soupe...

Mais bon, là, le monde est devenu trop intelligent pour moi. Les gens ont des opinions définitives sur des tas de sujets immensément complexes. Alors que moi, c’est rare les fois je suis sûr sûr... Genre le nazisme. Voilà, les nazis, là je suis formel, blablabla les progrès dans les moteurs automobiles, tout ce que tu veux, les nazis, 100%, c’était pas ouf, là j’ai un vrai avis tranché. 

Y’a deux trois autres trucs comme ça où ma religion est faite, le mélange pluie et vent d’hier à Paris, je suis sûr que je suis contre.  Les moustiques séropos? Je suis contre... L’hygiène de... Et encore l’hygiène de Daniel Morin. Qui dit qu’un jour, Daniel ne va pas se dire "fuck le qu’en dira-t-on, quitte à choquer, aujourd’hui, voilà, je me lave,..." 

Ça peut arriver à Daniel, genre y’a une promo magique sur le Pousse-Mousse chez Intermarché, l’accident bête, Daniel se rue dessus... Bim, boum, qui une douche, qui un bain, c’est vite arrivé. Ben du coup, les cartes de l’organisation sanitaire personnelle de mon collègue seraient redistribuées. Faudrait remodeler ma pensée, me forger une autre opinion, mais on dirait qu’il n’y’a plus de place pour l’incertitude aujourd’hui.

Genre hier matin, j’écoutais l’interview politique de Jean-Michel Apathie avec le chef des Républicains à l’Assemblée, et Apathie lui demande : « Est-ce que vous réclamez la démission de Gerald Darmanin ? ». C’est mes deux points forts dans la life, l’élocution et les accents...  

En tant que Belge, Apathie, c’est le max. J’apprends des tas de trucs sur la politique française, mais j’ai quand même l’impression d’écouter Patrick Bosso. Et je sais que ça sonne pas exactement pareil, mais pendant 40 ans vous avez cru qu’en Belgique, on parlait tous comme ça, une fois... Donc me froissez pas les couilles avec les nuances d’accent.

Bref, Apathie le chauffait sur Darmanin, mais le mec des Républicains arrêtait pas de lui répondre : « Gerald Darmanin doit prendre sa décision en âme et conscience avec le président de la République », mais Apathie le lâchait pas. Il lui faisait : « Mais vous ne répondez pas à la question, quelle est votre position, doit-il démissionner ou pas ? ». Si je ne prends pas un César pour mon imitation d’Apathie, c’est un scandale,...

C’était interminable, et j’aurais tellement aimé que le gars des Républicains lui fasse : « Mec, je vais te dire la vérité, j’en sais rien, j’ai pas vraiment d’avis, je sais pas, y’a du pour et du contre, c’est complexe comme doss, tu sais s’il est coupable ou pas toi ? Viens à la cantoche, on discute, on boit un lait ». Y’a trop de certitudes... Moi, en ce moment, tout ce que je sais sur plus de trucs, c’est que je ne sais rien sur plein de trucs,...  Sur ce je vais voir un orthophoniste

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.