On retrouve l’optimisme légendaire de Guillermo puisqu’il nous explique que ce sera sa dernière fête du travail.

Oui, et pour le coup, c’est même pas tellement une question d’espérance de vie ! Je mange 60 courgettes par semaine, là mon corps, on dirait Venise, mon sang est redevenu limpide. Dommage qu’il n’y ait plus personne pour visiter la ville, comme Venise... Ah ben heureusement qu’il nous reste le rire ! 

Nan, je crois que c’est ma dernière Fête du Travail, dans le sens où bientôt, heu, je ne vais plus vraiment avoir de travail, et je ne parle pas des chroniques, les chroniques, c’est pas vraiment un travail, un truc que tu fais une fois par semaine, à la va-vite, j’appelle pas ça un travail.
Daniel il ne m’a jamais dit : « Me brosser les dents, c’est mon travail », faut une régularité… et faut un vrai salaire.
Là, les chroniques, ça me paye une partie de mon parmesan.
C’est vrai, moi je gagne plus avec mes cours de paris sportifs. Vous voulez un tuyau ? PSG-Rennes, ça va être reporté, gardez vos sous pour acheter une visière.

De toute façon, pour moi les chroniques, c’est mort, bientôt pendant que vous serez tous de retour en studio à Paris à rigoler entre vous, moi je serai tenu en joue par un douanier, je lui ferai : « Laissez-moi traverser, je suis Ernesto, fils du projet européen ». Il fera « Ben ouais, je connais la drôle d’humeur, ça fait trois ans que t’es redondant », là il fera un clin d’œil à Fanny Ruwet qui était cachée dans un coin pendant toute la durée de la scène,
et qui passera la frontière en faisant « C’est un porteur asymptomatique, c’est un porteur asymptomatique ».

Tiens, en parlant de Belges qui servent à rien sur Inter, vous saviez qu’on avait repris une salle de spectacle avec Alex Vizorek, moi je suis un de ces visionnaires quand j’investis de l’argent… d’abord ma cabine téléphonique, maintenant mon comedy club.

Enfin là, on a eu des bonnes nouvelles en Belgique, ils nous ont dit qu’on pourrait rouvrir avant la prochaine ère glacière. D’ici quoi, 14.000, 16.000 ans ? Il reste des incertitudes.
Mais la ministre a dit que ce serait un mardi, comme par hasard, le jour de l’happy hour !

Putain, le stand-up, c’est la galère, c’est ça mon vrai métier, là je venais de sortir un deuxième spectacle, les critiques étaient top, Eric Zemmour m’a dit « Ca fait longtemps que j’avais pas ri de bon coeur », Valeurs Actuelles ils m’ont appelé « Le nouveau Pastureau », ça partait bien... Toutes mes dates étaient sold-out, en Belgique, là je devais jouer 5 fois devant 400 personnes,
là, pour garder les distances, je vais devoir jouer 400 fois devant 5 personnes.
Et on peut jouer 400 devant 400 personnes, mais on ne peut pas jouer 400 fois devant,  cette blague, elle s’est essoufflée à une vitesse, en l’écrivant, je me suis dit : « c’est prometteur, je vais finir par un « Prenez un chewing-gum Daniel », je vais peut-être même avoir un rire d’Agnès, ça va faire un carton sur le réseau social mais non, finalement ça floppe.
Comme ma carrière. Comment on va faire, nous les stand-uppers, sans un public compact ?
Ils parlent de salles remplies un siège sur deux, un rang sur deux. Ça, ça marche pour l’opéra, à l’opéra les gens de toute façon, ils sont réveillés un siège sur deux, un rang sur deux, qu’ils aient un masque ou pas, ça change rien.
Moi je suis allé voir Don Giovanni, les gens ils étaient en scaphandre, tu crois que ça l’a dérangé, Roberto Alagna ?

Nous, c’est différent, on besoin de voir l’énergie, on a besoin des rires, surtout moi.
Genre Marina Rollman, si ça rigole pas, au moins les gens se disent : « C’est intelligent », moi, si ça rigole pas, les gens se disent : « Ok… donc on en sait un peu plus sur la géométrie de sa bite… Maintenant est-ce qu’on peut récupérer nos 35 euros ? »

Je suis inquiet, parce que stand-upper, c’était le travail que j’ai préféré dans ma vie jusqu’ici, et va encore falloir que je me reconvertisse. Je sais que Nagui cherche un assistant, mais moi j’y connais rien en massage des pieds, en plus je suis allergique aux callosités.

Bon, ben, je crois que je vais arrêter les courgettes.... Allez bonne émission !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.