Guillermo Guiz a lu "Je suis l'arbitre masqué", et fait une critique littéraire de l'ouvrage.

Alors évidemment, je ne suis pas là pour distribuer les bons et les mauvais points, mais c’est vrai que je suis quelqu’un qui lit beaucoup... Parfois ça m’embarrasse, les gens disent : « Ernesto Guiz ? Brillant, cultivé, c’est le nouveau Thierry Gilardi, tu vas voir que dans deux ans, il aura sa propre émission littéraire sur Fanta TV » !

Oh, arrêtez... Ça suffit, je ne suis pas le porte-parole de ma génération... Un passeur tout au plus... Allez, un passeur... Si vous voulez... Et bien ce matin, fort de cette passion pour la littérature, je voudrais vous dire un mot de ce fameux bouquin dont tout le monde parle depuis hier, « Mein Kampf ».

Alors en allemand, ça veut dire Mon combat, et ça raconte l’histoire d’un homme qui manquait un poil de confiance en lui mais qui a su changer de coupe de cheveux au bon... Non, je déconne !

Depuis hier, tout le monde parle de « Je suis l’arbitre masqué », dans lequel un arbitre anonyme balance à mort sur le foot français. Alors forcément, le foot français, ça fait rêver, à cause de Guy Roux ou encore de Noël Le Graet, 

Pour nos auditeurs zadistes, je rappelle que le football, c’est un sport qui se joue à 11 contre 11 et à la fin c’est toujours le PSG qui se demande combien de sous il lui faut pour gagner la Champion’s League, putain quoi, combien, combien, combien ???

Du coup, Le Figaro s’est procuré en exclusivité quelques bonnes feuilles du livre, dans lesquelles l’arbitre masqué – Je suis sûr que c’est Joël Quiniou ! – dénonce les pressions des dirigeants, la mauvaise humeur des entraîneurs, mais aussi trois joueurs français particulièrement insupportables sur un terrain, Nabil Fekir, Samir Nasri et Hatem Ben Arfa, comme par hasard...Y’a justement trois joueurs en France qui sont malpolis et c’est trois Arabes !

Je dis ça, je dis rien, mais ça fait 40 ans que la famille Le Pen le dénonce, ça, et personne ne prend ces gens au sérieux soi-disant parce qu’ils sont blonds et que les blonds sont limités, mais bon... Je crois que là on est enfin sur une preuve irréfutable, prends ça Harlem Désir !

Fekir, Nasri, Ben Arfa... après, c’est peut-être Le Figaro qui a justement choisi ces bonnes feuilles-là, va savoir avec le subconscient des journalistes de droite, mais j’espère quand même pour l’arbitre masqué – je suis sûr que c’est Joël Quiniou !- j’espère pour lui qu’il a des scoops plus croustillants dans le bouquin, parce que s’il s’est dit : « Je vais écrire un livre où je dis que les arbitres se font insulter sur le terrain : les gens vont halluciner... Ah si je n’ai pas le Goncourt, j’aurai au moins l’Interallié», plus optimiste, t’as Jean-François Copé...

J’ai fait du foot longtemps, insulter l’arbitre ça transcende les cultures, « référé enculé » je le connais en neuf langues, je le connais en langage des signes, « référé enculé », moi j’ai vu des taupes le crier.

Je ne dis pas que c’est bien, je dis que sur un terrain, le seul mec qui n’insulte pas l’arbitre, c’est l’arbitre, et encore, Tony Chapron il s’insulte lui-même parce qu’il est vénère t’as vu !

...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.