Ce matin, Guillermo se demande ce que notre invitée pourrait inventer pour satisfaire les fringales des végétariens bourrés...

Il m’est encore arrivé une sottise !

Y’a pas longtemps, 5h du mat’, je sors de boîte avec une pote, genre on était déglingués, mais sales, et je dis à Leila : « Viens, on fait quoi ? »

Leila me dit : « Ouais, nanani, nanana, machin, nouveau dealer », je sais pas quoi, « Benoit Magimel » un truc incohérent comme d’hab.

Et je lui fais « ah non, non, non, tu sais bien ce qu’il en pense Nagui, jamais de cocaïne après 17h »

Elle me fait « ouais, t’as raison, faut penser longévité »

C’est ça que j’aime bien avec Leila, elle a un côté tox mais tu peux la raisonner.

Là, elle me dit : « Vas-y, gros, viens, j’ai faim, viens on tape un McDo », 

Je fais « ouahhh, Leila, autant parfois je ne comprends pas tes questions, autant là t’as touché mon cœur »

Sauf que sur le chemin du McDo, je me rappelle que ça fait un an que je suis anémique, euh, que je suis végétarien, pardon. Et j’étais deg... J’avais tellement envie d’un burger, là je suis rentré chez moi, j’ai mangé une botte de céleri. 

C’est ce qui est arrivé de plus triste en Europe occidentale depuis l’attentat sur Patrick Battiston.

Mais j’ai tenu le coup, or vous savez qu’un tiers des végétariens avouent que quand ils sont bourrés, ils mangent de la viande ! Un tiers, c’est des gens, ils se réveillent, ils sont brisés, ils sont dans la honte, ils appellent leurs mères... « Putain, maman, cette nuit j’ai craqué ! » 

« Quoi, t’as encore appelé ton ex ? »

« Non, j’ai mangé un cheese »

« Ahhh, ahhh, ahhh, mais qu’est-ce que j’ai fait à Jésus-Christ, our Lord? »

Et ça m’a fait réfléchir ! Je me suis dit: vous savez quoi ? Les grands oubliés de la gastronomie mondiale, c’est notre communauté, les végétariens alcooliques, y en a pour tout le monde, les intolérants à ceci, à cela, les allergiques aux assiettes plates, même ceux qui ne « digèrent pas hyper bien le riz quand il est en grains, tu comprends ? », mais nous ? 

C’est pour ça que je voulais profiter de la présence d’Hélène Darroze, chef, je sais que les végétariens alcooliques, c’est une cause humanitaire qui... allez, c’est peut-être moins vendeur médiatiquement que le sida ou la mauvaise mine, mais vraiment, y a rien pour nous ! 

Sauvez nos fins de nuit Hélène, créez un truc végétal gras et goutu, un truc où tu sors de boîte déchiré et tu te fais : « Comment j’ai trop envie du kebab brocoli-pistache d’Hélène Darroze, je vais m'en mettre partout! » 

Le gras c’est la vie, ça pourrait être une belle épreuve de Top Chef, en plus, non ?

Philippe Etchebest bourré, Jean-François Piège bourré, vous bourrée, « Avec leurs kebabs végétariens, les candidats réussiront-ils à convaincre nos chefs étoilés, qui ont déjà bu sept bouteilles de pastis ? », 

Avec Michel Sarran qui fait : « Ah je le trouve un petit peu décevante la saucisse de choux de Bruxelles dans son hot-dog revisité, y a la mâche y a pas le croquant », et oui, je suis toujours aussi fort en accents du Sud. Mais y a un marché à prendre Hélène !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.