Ce matin, Guillermo est chargé de parler de la journée spéciale "Le plastique, non merci !" sur France Inter et ça tombe bien car il a de nombreuses réflexions à nous livrer sur le sujet...

L’autre jour, j’étais là, normal, j’achetais un pichet, et je me disais: « Ernesto, fils du Gulfstream et des courants océaniques, t’es président de l’Association franco-belge des amateurs de pichets en verre, faut que t’en parles un jour à la radio ! Tu ne vas quand même pas garder ça pour toi ! » 

Alors, appelez ça « coïncidence » si vous voulez, on est justement mercredi 5 juin, et c’est la deuxième journée spéciale « Le plastique, non merci ! », à France Inter, en collaboration avec Konbini, Valeurs actuelles, Paul Pogba et la voix française de Danny De Vito.

Grosse initiative, à laquelle je suis ravi de participer. J’étais d’ailleurs à la réunion de préparation de cette journée où Laurence Bloch, la patronne de France Inter, avait eu ces mots, qui sont restés gravés, elle a dit : « Voilà, les déchets plastiques, on ne va pas se mentir, c’est qui ? C’est les Arabes, les Chinois, c’est les Noirs, beaucoup les Juifs et surtout les homosexuels », 

Là, le représentant de Konbini a lancé un applaudissement et c’était un trop beau moment... 

J’étais là « waw... Si on pouvait toujours être aussi connectés les uns aux autres », je voyais la meuf de Valeurs actuelles, elle était en larmes et Laurence Bloch fait : « Pour le slogan, j’avais pensé à « Le plastique, non merci ! » t’en dis quoi Ernesto, fils de Paul le Poulpe ? 

Je dis : « Franchement Laurence Bloch, ça vous embête si je mets pas de gants ?  J’adore ! Ca dit tout ! « Le plastique, non merci », si tu le prononces avec la bonne intonation, « Le plastique, heu... non merci ! » ah le message passe, le message passe !

Parce qu’on croit toujours que dans le public de France Inter, on n’a que des adultes, mais 72 ans, c’est une moyenne, y a sûrement des enfants aussi... »

Et là, dans l’élan, je fais : « On pourrait même ajouter, « le plastique, non merci, mais les enfants, oui merci ! Oui merci les enfants ! », ils n’ont pas retenu mon idée, mais Laurence Bloch m’a dit « tu sais quoi, Ernesto, fils d’Ernesto Senior et de Dominique Voynet ? Tu sais ce qui manque à cette journée spéciale ? Une bonne chronique, sur le plastique !

Aucun humoriste n’en a jamais parlé sur France Inter, à part Tanguy Pastureau, et Marina Rollman, et Guillaume Meurice, Sophia Aram, Alex Vizorek, Nicole Ferroni, Tex, Thierry Le Luron, le ménestrel d’Henry IV, et deux unicellulaires, quand c’était encore l’INA, donc grosse pression pour moi, parce qu’il a du talent, Guillaume Meurice.

Et je me rappelle très bien, je dis : « Ok Laurence Bloch ! Mais alors j’ai carte blanche, je vous préviens, je parle pichet », elle me dit : « Banco ! ». 

Faut savoir un truc, c’est que moi je bois au moins deux litres d’eau par jour, au moins, si je fais pas ça, avec l’hygiène de vie que j’ai, dans six mois je ressemble à Jean d’Ormesson... 

C’est grâce à l’eau que j’ai encore un semblant de tête de paroissien, et que je garde mes chances avec Jean-Marc Morandini.

Sauf qu’avant, je buvais de l’eau en bouteille, sans penser pollution.

Moi je viens d’une génération, les 19-65, on était mal informés, pas vrai Nagui ? Vous me disiez : « Ah bon, mon Hummer, ça pollue ? Ah ouais ? » on savait pas, on savait pas !

Moi j’achetais une bouteille d’eau en plastique, je la buvais et je la jetais sur le trottoir, je croyais bien faire, je me disais : « Autant faire plaisir à un oiseau », on a tous vu Ushuaia, mais bon, progressivement, j’ai commencé à entendre les rumeurs, comme quoi on avait retrouvé un kilo de plastique dans le ventre du Commandant Cousteau et j’ai commencé à faire attention, je réutilisais mes bouteilles d’eau, avec de l’eau du robinet ! Très bonne idée ! 

Dans une bouteille en plastique réutilisée, il y a 60 fois plus de bactéries que dans la gamelle d’un chien, et c’est un animal qui a vite tendance à prendre ses couilles pour un Calippo, quand j’ai appris ça, ça m’a donné envie de crever dans un casque à pointe, et je me suis dit : « Putain, si c’est pour me taper autant de bactéries que dans la gamelle d’un clébard, autant lui faire la bise, à Daniel Morin, ben voilà, qu’on en finisse ! »

Et j’ai moi-même fini par changer mes habitudes de consommation en adoptant mon pichet, ma bataille, et ça demande une discipline, parce que c’est pratique une petite bouteille d’eau, parfois quelqu’un de ta famille te dit : « toi, toi tu aimerais prendre de l’ecstasy ? », toi tu réponds « Bah oui, Mamy ».

On en parlait avec Leila, elle me disait : « Moi en soirée quand je suis sous taz, j’ai besoin de ma petite bouteille d’eau, pour m’hydrater, je ne vais quand même pas danser sur du Solomun avec un pichet. T’imagines toute l’eau, sur mes souliers » et pourtant il faudra bien, les tox comme les autres… 

Allez bonne émission !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.