Comme Guillermo Guiz a regardé la 75e cérémonie des Golden Globes après avoir écrit son papier du jour, il va plutôt vous parler de football. Un façon de bousculer un peu les habitudes de l'antenne en 2018 et surtout de bien se faire voir par Nagui.

Bonjour les amis, 

Alors vous le savez certainement, la 75e Cérémonie des Golden Globes se tenait cette nuit à Los Angeles. Du coup, comme j’ai écrit mon texte hier après-midi, je vais plutôt vous parler de Blaise Matuidi. Là y’a Nagui qui se dit : « Trop bien, du foot, j’ai bien fait de pas le virer en décembre celui-là ! »

Nagui, le foot, c’est sa troisième passion après la musique live et les drogues en sachets. Pareil pour Daniel Morin, qui a longtemps entraîné une équipe de jeunes avant que des allégations, blablabla, et que soi-disant les parents auraient découvert que... Je dis toujours : c’est facile d’accuser sans preuves... Derrière, ça fait des gens brisés qui sont obligés de faire 39 chroniques par semaine pour s’offrir des avocats un tant soit peu compétitifs.

Et bien, malgré les souvenirs douloureux, Daniel m’encourage toujours à oser parler de foot sur France Inter. Une chaîne où l’amateur de foot est pourtant considéré comme ce qui rapproche le plus Homo Sapiens des petits singes primitifs du crétacé, c’est pas du mépris, c’est de la curiosité. 

Je me rappelle la saison passée, j’ai fait une chronique sur le foot. La patronne de la chaîne, Laurence Bloch, est venue personnellement me féliciter après l’émission, elle m’a dit : 

« Bravo Ernesto, vous vous exprimez très très bien pour quelqu'un issu de la différence ! Mais la prochaine fois, parlez nous du cinéma bosnien ! »

Bref, samedi la Juventus a gagné 0-1 à Cagliari, un match entaché par les insultes racistes qu’a subies le joueur français de la Juve : Blaise Matuidi. Et je profite de cette tribune pour m’adresser directement aux nombreux supporters racistes de Cagliari qui nous écoutent :

Déjà merci pour votre fidélité, on a besoin de vous les gars ! Ben ouais, ça... 1,8 million d’auditeurs, tu ne peux pas les faire uniquement avec des leaders de Zad, des profs de langue morte et des graphistes momentanément sans emploi fixe. Ben non, 1,8 millions auditeurs, on a forcément des supporters sardes férus de violence verbale gratuite à l’encontre de joueurs noirs.

A eux, je voudrais rappeler deux petites choses : 

De un, que le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. De deux qu’ils sont italiens.

Or, les Italiens, aux dernières nouvelles, ça parle quand même avec les mains, ça vole pour un oui ou pour un non, ça se nourrit uniquement d’aliments qui terminent en « i ». Alors si y’a bien un peuple qui me semble pas hyper légitime pour être raciste envers les autres peuples, c’est bien les Italiens. Et s’il faut devenir méchant, je ressors les dossiers qui font de la peine : Mario de la Star’ac en tête. Je suis prêt à aller jusqu’à Vincent Moscato.

Donc avant d’être raciste dans une tribune, regarde d’abord que ton propre pays n’a rien à se reprocher. Pas vrai Maréchal ? Affirmatif ! On est bien d’accord ! Et je ne fais de leçon de morale à personne, le racisme dans les stades, je l’ai vécu. Je vais souvent voir le PSG avec Leila, je sais ce que c’est.

Je la vois, bave aux lèvres, tremblante d’agressivité, à insulter les joueurs avec des références que personne ne comprend dans la tribune : « Ta mère c’est une héroïne de roman de Marie Darieussecq ! », tout le monde est là : « hein ? Ouaissss !!!! ».

Je lui dis Leila qu’est-ce qu’il t’arrive, t’étais pas de gauche ? «  Si mais là on m’a piraté mon wifi, mon chien prévient jamais quand il rentre tard, à Noël on m’a offert un pin’s Leroy-Merlin, je suis au bout du rouleau ».

Ben ouais la haine dans les stades, c’est avant tout une haine de soi. En attendant, y’a une solution toute bête pour que les joueurs noirs arrêtent d’être les seuls à morfler . Faut juste mettre une femme dans chaque équipe. Il a pas dit que des conneries Thierry Roland ! 

Sur ce bonne émission et vive le foot sur Inter...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.