Guillermo a récemment découvert que la contraception n'était pas uniquement une préoccupation féminine..

Vous me connaissez, je ne suis pas le dernier pour dénoncer les dérives de la société. 

Parfois, je vois qu’après un de mes billets, y a une marche contre le réchauffement climatique et je me dis : « Hum, j’ai encore fait bouger les lignes... », 

C’est vrai ! Souvent, les gens m’arrêtent, ils me disent : « Ernesto, fils du forgeron ? »

Je dis : « Oui, qui le demande ? » et croyez-moi je suis le premier embêté par ces histoires de baise-main et de génuflexion, surtout dans le RER C vers Pontoise, où ça sent comme dans un cabas, je dis « Relevez-vous... Allez... »

Et là généralement, la personne me dit : « C’est beau ce que vous faites, dénoncer les injustices du monde » et je réponds : « Vous savez, je le fais surtout pour ken, comme Guillaume Meurice » 

Or en parlant de ken, je voudrais profiter de la présence de Sabine Azéma et d’André Dussolier pour évoquer ce qui aurait carrément pu empêcher un phénomène comme Tanguy à savoir la… contraception ! 

Ah ouais, le meilleur moyen d’éviter d’avoir l’abus de domicile, c’est d’évacuer l’enfant à la source, qui dans le capuchon d’un préservatif, qui dans les toilettes d’un planning familial, qui dans un refus du type « Oui, non, quant à moi, je préfèrerais que tu éjacules sur mon radius, ça demande un chouille de précision, mais à terme tu me diras merci », 

Pourquoi je vous parle de contraception ? Parce qu’il y a un hashtag qui circule pas mal en ce moment, « paye ta contraception », qui dénonce le fait que le coût, les contraintes et les effets secondaires de la contraception sont toujours à la charge des femmes. Et quand j’ai lu ça, j’ai immédiatement repensé aux fameux mots de Nagui qui avait déclaré un jour : « Ah, pour moi, la contraception, c’est vraiment un truc de meuf, comme les émotions et la Fiat 500 » et à l’époque, j’avais adoré votre conférence TED, pour moi y a personne qui parle mieux de l’égalité hommes-femmes que vous, Nagui, y a vous et Francky Vincent! 

Mais je me suis rendu compte qu’en effet, je ne m’étais jamais senti vraiment responsable de la contraception, sincèrement, depuis que je suis en âge d’avoir une vie sexuelle et je ne remercierai jamais assez France Inter de m’aider à ce niveau-là !

Même si, bon, ken entre une citrouille, un sac de graines et un Télérama en écoutant Françoise Hardy, c’est un délire, faut aimer Koh-Lanta. N’empêche, chaque fois qu’il m’est arrivé de faire l’amour sans préservatif avec une fille et je sais c’est pas bien, ça va, moi aussi j’ai vu Philadelphia ! 

Ben que je sois en couple ou célibataire, j’ai toujours eu l’impression qu’on se répartissait les rôles en termes de conséquences : son rôle à elle, c’est que j’ai pas d’enfant, mon rôle à moi, c’est qu’elle n’ait pas de démangeaison… « T’as pris la pilule ? » « Oui », « Et toi, t’as la chtouille? » « Pas à ma connaissance ! », et hop, on est parti pour ces 2 minutes 10! Ouais, sans préservatif, moi je tiens pas jusqu’à la fin de « Comment te dire adieu »,  

Mais dans mon logiciel de mec, ça a toujours été la fille qui s’occupe de l’aspect fertilité, qui s’achète ses pilules, tout ça, je vous jure que quand je me suis rendu compte à quel point c’était égoïste, ça m’a donné envie de crever dans le costume de Casimir…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.