Ce matin, Guillermo nous parle de son observation attentive d’un mouton

Ça va les amigos ?

Vous savez qu’en Belgique, on n’a pas beaucoup de points communs avec les Français, Dieu merci. Mais lundi matin on a rouvert en même temps que vous les commerces non-essentiels.

A 9h, DIRECT j’ai été m’acheter un arc-à-flèche, au cas où je reviens bosser en studio et que Nagui m’oblige à le serrer dans mes bras…

Ça me manquait trop, pouvoir chiller dans une armurerie. 

On n’était pas beaucoup en plus, y’avait juste moi et Xavier Dupont de Ligonès, il a fondé une nouvelle famille à Bruxelles, mais avec le confinement, la promiscuité, ils s’entendent moins bien. Là, il était venu acheter de la chaux, en partant il me fait : « Ernesto, fils du granola », je fais « Xavier, je te sers pas la main », il me fait : « Je sais, distance, distance ! ».

Comme quoi on peut être soupe au lait et faire son petit possible pour une sortie de crise. Heureusement d’ailleurs, que les gens sont disciplinés dans les commerces, vous savez que chez Ikea Bruxelles, à 7h30, y’avait déjà une queue qui devait faire cent mètres.

Titre !

« Oui mais dire ‘titre’ quand c’est toi qui a écrit le titre, c’est pas vraiment titre ! », absolument, tricherie, « greffier, enlevez ces rires du procès-verbal », et je propose qu’on avance dans cette chronique, ok ? Bien entendu.

A propos de consumérisme, je vais vous raconter un truc, et je vous promets que c’est vrai, vous devez me croire ok ?

Bon, samedi, j’ai passé une partie de la journée avec un mouton.

Je suis allé visiter ma grande sœur, et ma grande sœur elle a un mouton, dans son jardin, hein, pas dans sa chambre d’ami, parce que je vois Daniel qui s’agite en mode : « Moi aussi, j’étais confiné avec un mouton, moi aussi j’étais confiné avec un mouton », pas de jugement de valeur Daniel, que celui qui n’a jamais de problème avec la SPA vous jette la première pierre.

Non, c’est pas ça, mais j’étais dans le jardin de ma sœur, et j’observais ce mouton, qui mangeait de l’herbe, tête baissée, non-stop pendant des heures, frénétiquement, comme si la pelouse allait disparaître le lendemain, c’est fou non ?

Et là, vous vous dites : « Oh putain, il nous emmène vers une métaphore le con ! 

Ça c’est une métaphore, c’est sûr, je reconnais ! Tu vas voir, le mouton c’est le consommateur, tu vas voir, c’est sûr, c’est une métaphore. Je suis trop fier d’être dans une émission où on fait des métaphores  ».

En fait non, c’est pas une métaphore…

Là, y’a Nagui qui se fait : « Du coup, si c’est pas une métaphore, t’es pas en train de rogner sur mon interview de Cédric Klapish juste pour parler du mouton de ta sœur ». Non, en effet Nagui, y’a un sens, bien que je pourrais vous en raconter sur ce mouton, vous savez qu’il s’appelle Richard, en hommage à Richard Cocciante, ah ma sœur et l’Italie c’est toute une histoire.

Non, le sens, c’est que j’ai lu des tonnes d’indignations et de moqueries sur les gens qui ont fait la queue au magasin lundi matin.

Même moi au début, j’étais là : « Ouais, bravo l’inconscience, bravo le consumérisme », puis je me suis rappelé comment moi je me comportais dans le commerce avant le confinement. « Oh, il est pas mal ce petit pull en cachemire, je vais le laver à 60 degrés ! Oh il me reste un bavoir en cachemire, pas grave, je vais le donner à mon Jack Russell et m’en acheter un autre, parce que je me sens vide »

Du coup, je repensais aux gens lundi matin, et à ce mouton, je me disais que j’ai eu beau l’observer pendant des heures, je n’ai pas réussi à comprendre ce qu’il se passait dans sa tête.

Ce que je veux dire par là, c’est que c’est compliqué de se mettre dans la tête des autres, surtout si les autres c’est un mouton… 

Elle est laborieuse cette chronique non ? Oh putain qu’elle est laborieuse, ça m’étonnerait que dans 400 ans, dans les programmes d’école, ils étudient la fable « Ernesto et le mouton » mais la bonne nouvelle, c’est que c’est bientôt la chute. Ah ben c’est carrément la chute !

Allez bonne émission !

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.