Guillermo Guiz explique ce matin les raisons de son moral bas : il est, lui aussi, atteint de phobie administrative.

Bonjour les amis !

Vous me connaissez un peu maintenant, dans la vie de tous les jours, je suis plutôt quelqu’un qui va mal. Je fais des appels à l’aide dans cette émission, et y’a jamais personne qui me tend la main, à part le Père Albert et uniquement pour placer ladite main dans mes zones calorifères.

Sérieux, un jour on va retrouver mon corps dans une pétromonarchie, et Nagui commentera en disant : « Je ne comprends pas...y’a trois jours encore, je l’interrompais pendant une de ses chroniques, il l’avait hyper bien pris, qui aurait pu deviner ? Toutes mes pensées vont à la famille de... vous dites qu’il s’appelait comment encore, G. Gallardo ? Dans quelle émission vous dites ? »

Bref, pour paraphraser l’endocrinologue italien Rollo Siffreppi, on n’a pas tous la chance d’avoir une grosse sérotonine. Mais là, en plus on est en pleine période de déclaration fiscale, ça me casse le moral. Qu’on me comprenne bien, je n’ai évidemment rien contre les impôts. L’autre jour, j’ai regardé France 3, j’ai signé la pétition online « Oui aux taxes, non à Tex », alors que d’habitude, les jeux de mots dans les chroniques, ça me donne envie de crever dans une douzaine d’huîtres.

Non, c’est un concept merveilleux, la contribution collective. Quand y’a un pot commun pour un cadeau d’anniversaire par exemple, je suis toujours enthousiaste à l’idée de mettre ma part. Regardez la chemise de Daniel Morin, on s’est tous cotisé pour lui offrir et il en est très content. La preuve, il la porte depuis octobre 2016. Dans l’intérieur de son encolure, y’a neuf nouvelles espèces de mouches.

Ah ouais, si y’a bien quelqu’un que personne n’essayerait de toucher pendant son sommeil à Koh-Lanta, c’est bien notre Dany ! Non, plus je paye d’impôt mieux je me porte, mais c’est l’acte administratif de remplir ma déclaration d’impôt qui m’oppresse. Je crois que je préfère encore l’idée de me faire circonscrire à 37/38 ans par un rabbin stagiaire...qui en plus me gronderait en disant « Mais enfin Ernesto ! On vous a déjà soustrait le prépuce, ne me dites pas que j’ai pris le RER pour rien! »

Comme l’ancien secrétaire d’état Thomas Thevenoud, je suis atteint de phobie administrative. Thevenoud a carrément déposé le terme « phobie administrative », on s’est croisé dans les bureaux de l’INPI, j’étais là pour déposer l’expression « Diction dégueulasse », y’avait Soprano aussi qui déposait « Viol auditif ». On a sympathisé.

Mais pour de vrai, la paperasse, les factures, ça m’angoisse, en fait, c’est trop adulte pour moi. Moi je suis un enfant dans un corps d’adulte. Et pourtant, je viens d’un pays où on est généralement sur une tradition inverse. Du coup, là, j’ai trouvé un remède à la phobie administrative, je n’ouvre plus mon courrier du tout !

C’est peut-être ma dernière chronique en tant qu’homme libre, la semaine prochaine je vous enverrai un MP3 :

« Bonjour les amis, alors comme vous le savez, je suis dans une prison de Bruxelles, entre un djihadiste et un fan du groupe Partenaire particulier, mais le moral est bon, je sais pas si vous avez remarqué, mais blablabla, vanne sur Nagui, blabla, vanne sur Daniel Morin ».

J’ai déménagé y’a un mois, et on va dire que je n’ai pas vraiment signalé mon changement d’adresse et que je reçois pas vraiment mon courrier. Ma nouvelle boîte aux lettres est vide, vide,... Je passe je fais « ah putain, un argument de Luc Ferry ».

Sérieux, je suis un fantôme ! Là pour qu’on me retrouve, faudrait que la police de Bruxelles écoute France Inter... Lol, Inter n’émet plus en longues ondes !

...

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.