Guillermo Guiz a regardé le match de l'équipe de France contre l'Australie samedi, et a été abasourdi par le ton dépressif des commentateurs.

Bonjour les amis ! En ce moment, les gens me demandent : alors, c’est pour quand… cette démission ? Je leur dis bientôt, bientôt, ne soyez pas aussi fougueux ! Mais avant de quitter Inter et d’aller rejoindre Gérémy Credeville sur Boule FM, la radio qui parle de boule, boule de fille, boule de garçon, 50-50,... Y’a pas de sexisme sur Boule FM ! C’est pas comme à Inter. Boule FM, c’est la radio de tous les boules… 

Non, je voudrais parler deux secondes de foot et de la Coupe du monde ! 

"Trop bien, ça nous changera tes billets sur les pignons de pin, sale végétarien en carton ! Ça va, t’as pas craqué? Tu manges toujours plus de sang animal ?"

 Non... Je tiens le coup... 2 mois, quatre jours, 6h, 8 minutes, 16 secondes... J’ai faim… 

Non, en vérité, j’ai vu le match de la France ce week-end et j’ai une question : qu’est-ce qui vous arrive ? Elle est où la France flamboyante et fière d’elle-même et triomphante et dominatrice et flamboyante et fière d’elle-même et triomphante et dominatrice que j’ai connue ?! Je ne parle pas au niveau du jeu, je parle au niveau des commentaires... Je crois que c’est officiel, vous avez les commentateurs les plus dépressifs de l’histoire du football à 11. Sérieux, l’ambiance sur TF1 samedi, ça m’a rappelé la mort de mon père. Je vous promets qu’à l’enterrement de mon père, tout le monde était de meilleure humeur, et pourtant on était quand même bien dégoûtés, je veux dire, y’avait pas d’héritage, il s’est bien foutu de notre gueule celui-là ! Mais Grégoire Margotton et Bixente Lizarazu... Je les aime bien, mais vraiment, à un moment, je me suis dit c’est bon, ils vont se suicider, on va vivre un moment historique. A 1-1, je crois, Margotton fait : « Si la France doit quitter ce premier tour, elle le fera à 23 ». Mec, c’est le premier match de la Coupe du monde, t’es même pas mené au score, pourquoi tu parles déjà de quitter le premier tour, c’est quoi ce défaitisme ?!

On aurait dit Leila quand quelqu’un lui dit : « Ben Laurent Delahousse, il ne présentera pas le JT toute sa vie tu sais ! »  Et qu’elle dit « Si, je le connais, il ne lâchera rien ce bâtard... Je suis condamnée à faire « mes oreilles ont sifflé gnagna dans une émission de branquignoles pour toute ma life, je suis foutue. » Même pessisisme ! Je vous promets, Grégoire Margotton, il a sorti des phrases mythiques : « La maison France est en danger », La Maison France... Je me suis dit ah, mais il n’est pas mort en fait le Général De Gaulle, il commente des matchs sur TF1 ! 

Ça je peux vous garantir, en Belgique, y’a personne qui dit : « La maison Belgique est en danger », chez nous y’a pas de maison, au mieux y’a une roulotte ou une hutte. Mais allez, un peu d’entrain putain ! Ça peut arriver d’être poussif contre une équipe regroupée et solidaire ! Regardez la Belgique hier, la première mi-temps elle m’a donné envie de crever dans une pisciculture. Il est où votre goût de la supériorité ?! Limite, je regrette Thierry Roland, il insultait l’arbitre, il se moquait du physique, il était nostalgique des colonies, mais bon, au moins y’avait de l’enthousiasme.

Je vous jure, en Belgique, on aimait bien détester Thierry Roland et Jean-Michel Larqué, on regardait exprès TF1 et on se disait : « Putain, les Français, comment c’est des grandes gueules ! Regarde comment ils sont chauvins, ils se la pètent !». Ici... C’est l’extrême inverse, c’est la Coupe du monde de la contrition, c’était tellement la dep’ sur TF1 que j’ai fini par regarder France-Australie sur une chaîne belge, et je vous promets qu’il y avait plus d’ambiance. Alors que le commentateur belge, il était seul, seul dans sa cabine, comme Daniel Morin à Pigalle quand il met quatre euros pour essayer de jouir. Commenter un match seul dans une cabine, c’est glauque, et pourtant, même seul, il était plus motivé que vos commentateurs. Ils l’ont reconnu à la fin, Margotton et Lizarazu : « On aimerait bien se libérer, mais on est tout noués ». Putain, qu’on leur envoie du poppers, Nagui faites quelque chose, je sais que vous avez des contacts en Russie, avec le milieu des stupéfiants, 

C’est plus possible, on aimait bien vous détester là on a envie de vous consoler. Allez, bon suicide jeudi et bonne émission !

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.