Depuis l'arrivée de Netflix en Europe, Guillermo Guiz voit sa vie différemment...

Bon, ben pendant assez longtemps j’ai cru que la vie n’avait pas de sens, puis Netflix est arrivé en Europe ! 

Ça va nettement mieux ! Mais ouais, avant pour combler le vide, je me disais « je vais être obligé de faire un enfant et tout », ça me faisait un peu peur à cause des dépenses, mais là hop, 12,5 euros par mois et je peux attendre la mort bien à l’aise !

Je ne dois aller conduire personne au judo, ils sont forts les Ricains. Netflix, c’est le top, leurs catégories sont formidables, genre « suspenses insoutenables », « séries violentes », « séries internationales palpitantes »…

Moi je suis pour qu’ils aillent un cran plus loin encore dans la franchise, genre « « Séries internationales où tu te fais un peu iech sur les sept premiers épisodes mais si tu t’accroches... après franchement ça devient bien » !

Ou « Séries policières régionales imaginées par France 3 pour les vieilles personnes qui mettent des napperons sur leur téléviseur et qui ont envie de voir Michel Cymes dans un rôle secondaire »…

Sur Netflix, le carton absolu du moment, c’est une série espagnole qui s’appelle La Casa de Papel, cono ! Ça parle d’un braquage hyper spectaculaire à la Maison de la Monnaie de Madrid, organisé par un mec brillant qui se fait appeler Le Professeur. En fait, c’est un remake du thriller norvégien Det Kristellig Hoyre, qui avait été présenté à l’époque au Festival du Film semi-muet de Monte-Carlo, et qui avait quand même chopé le prix Cetelem du public payant... Ça reste le fait d’arme de la carrière de Kjel Jari Solberg...

Non, c’est pas vrai, mais j’ai envie que Leila s’intéresse à mon billet… C’est dingue la Casa de Papel non ? Bon, dans le registre action, braquage, je préfère Maigret. Maigret c’est le max, Bruno Cremer, je sais pas, il avait un côté plus... Allez, au moins c’est lui qui faisait toutes ses cascades !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.